Sables DD-243 - Histoire

Sables DD-243 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Sables DD-243

Sables(DD-243 : dp. 1190; 1. 314'5"; n. 31'8"; dr. 10'; s. 35 k.; cpl. 101; a. 4 4", 1 3", 12 21" tt. ; cl. Clemson) Le premier Sunds nD-243) a été établi le 22 mars 1919 par la New York Shipbuilding Co., Camden, NJ ; lancé le 28 octobre 1919 ; parrainé par Mlle Jane McCue Sands ; et commandé Après sa mise en service, Sands resta à Philadelphie pour s'équiper pour le service européen. Le 22 novembre, le lieutenant ML Sperry, Jr., releva l'Ens Leahy en tant que commandant temporaire, et, le 13 décembre, le commandant Robert L. Ghormley a pris le commandement. Le lendemain, le destroyer a quitté Philadelphie, s'est rendu à Melville, RI, pour un équipement de torpille, puis s'est rendu à New York. Le 3 janvier 1921, il a navigué pour l'Europe. Il est arrivé à Brest le 16 et, pendant les sept mois suivants, a effectué des trajets entre les ports français et britanniques. À la mi-août, elle a fumé pour la Baltique; a fait escale dans divers ports sur cette mer, malgré le dan encore présent ger des mines, et rentre à Cherbourg le 27 septembre. Trois semaines plus tard, il dégage les côtes françaises et se dirige vers l'est de la Méditerranée et la région de la mer Noire. Là-bas, les combats entre Grecs et Turcs sur la côte d'Asie Mineure, entre Turcs et Arméniens sur le plateau anatolien et entre les forces rouges et blanches en Russie avaient créé un chaudron de haine, de maladie, de pauvreté et de famine. Les efforts du Comité de secours américain et pour protéger les ressortissants et les intérêts américains, Sands est arrivé à Constantinople occupée par les Alliés le 11 novembre. Neuf jours plus tard, il a fait le plein aux quais de Standard Oil à Selvi Bournu, puis a commencé sa première croisière. À la fin du décembre, elle a fumé de Samsoun et de Trébizonde, observant pendant que les Grecs ont été expulsés de ces régions. Après être revenu brièvement à Constantinople, elle a fumé à Retta d'Alexandre, d'où elle a continué sur la Cilicie troublée. Là, il fit escale à Mersin, site d'une mission américaine et d'un centre de distribution de secours, et resta pendant presque tout le mois de janvier 1922. Le 3 février, il était de retour à Constantinople et, le 8, il se dirigea vers Novorossisk. Du 8 au 19, il a soutenu les travaux de secours dans cette ville, puis s'est rendu à Samsoun où, avec une interruption pour récupérer une barge à la dérive près d'Inebole, il est resté jusqu'au 8 mars. Deux jours plus tard, elle retourna à Constantinople ; et, le 18, elle s'est déplacée à Selvi Bournu pour aider aux efforts de lutte contre l'incendie dans la zone de stockage de pétrole. Les incendies maîtrisés, il regagne Constantinople et, le 22, se remet en route pour faire de nouveau escale à Mersin. Le 7 avril, il avait retransmis les Dardanelles et la mer de Marmora. Le 8 mai, elle traverse le Bosphore. Du 9 au 22, elle se trouve à Odessa, d'où elle passe à Théodosie, puis continue jusqu'à Novorossisk. Début juin, elle était à Trébizonde ; et, le 4, il est arrivé à Samsoun où, pendant plusieurs jours, il a quitté l'entrée du port alors que les forces grecques et turques échangeaient des tirs hostiles. Sands est revenu à Constantinople le 9 juillet et a navigué peu après pour Gibraltar et les États-Unis. D'août à novembre, elle a subi une révision à Philadelphie. Fin décembre, elle avait rejoint la flotte de scoutisme à New York ; et, le 3 janvier 1923 elle a quitté cette ville pour les manoeuvres d'hiver dans les Caraïbes. En février, elle a participé à Fleet Problem I, un exercice conçu pour tester les défenses du canal de Panama. En mars et avril, il mène des opérations dans les Grandes Antilles et, en mai, il retourne sur la côte est. À Juiy, après révision, il s'est dirigé vers le nord jusqu'à la côte de la Nouvelle-Angleterre. À l'automne, elle a commencé des opérations du littoral de midAtlantic et, en janvier de 1924, elle a navigué de nouveau au sud pour les manoeuvres d'hiver. À travers la décennie et dans les années 1930, les Sables ont maintenu un programme semblable. Le 10 novembre 1930, cependant, après avoir terminé des exercices au large du sud de la Nouvelle-Angleterre, il se rend à Philadelphie, où il commence l'inactivation. Elle a été désarmée le 13 février 1931 aml a été amarré à l'île de Ligue jusqu'à ce qu'elle soit commandée activée à l'été 1932. Recommandé le 21 juillet, le destroyer s'est déplacé à Norfolk et, en août, il a navigué pour la côte ouest. Le 8 septembre, elle arrive à sa nouvelle base, San Diego. et a commencé ses opérations au large de la côte sud de la Californie. Avec la nouvelle année, 1933, elle a fumé à Hawaï pour des exercices de flotte et, à la mi-février, est revenue en Californie. Pendant le printemps, elle a opéré de la côte de Washington et, en juillet, elle a repris des exercices de San Diego. Trois mois plus tard, il rejoint le 20e Escadron de destroyers rotatifs et reste en réserve tout l'hiver. Activé en avril 1934, il rejoignit la division Destroyer 9 et se mit en route pour les exercices des Caraïbes et de la flotte. À la mi-novembre, il était de retour dans le sud de la Californie, où il resta, avec une interruption - le problème de la flotte XVI dans le Pacifique Nord (mai 1935) - jusqu'en avril 1936. Il retourna ensuite sur la côte est, participa à des exercices dans les Caraïbes et au large de la Nouvelle-Angleterre ; et retourna à San Diego en octobre. Pendant les deux années suivantes, elle a opéré principalement dans la région du sud de la Californie, avec des exercices dans les îles hawaïennes au printemps et à l'automne 1937 et au printemps 1938. À son retour en avril 1938, elle a opéré localement pendant l'été, puis a préparé pour inactivation.Sands a été désarmé à San Diego le 15 septembre t938. En moins d'un an, cependant, la guerre éclata en Europe et le destroyer reçut l'ordre d'être activé pour le service de patrouille de neutralité. les Caraïbes. Elle y est restée jusqu'au printemps 1940, puis s'est déplacée vers le nord pour des missions de patrouille et d'escorte au large de la côte est, des caps de Virginie aux provinces maritimes. Avant la fin de l'année, il est retourné dans le Pacifique et a repris ses opérations au large de la Californie. Avec l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Sands a commencé le travail d'escorte côtière, qui s'est poursuivi jusqu'au printemps 1942. dans les Aléoutiennes occidentales, elle s'est déplacée vers l'Alaska et, pendant l'été, a escorté des convois et mené des patrouilles du continent aux ports des Aléoutiennes orientales. À l'automne, les Alliés prenaient l'offensive et Sands était nécessaire ailleurs pour une mission différente. Le 28 octobre, elle a navigué au sud. Deux jours plus tard, elle a été rebaptisée APD-13; et, le 5 novembre, elle est arrivée à San Francisco pour la conversion en un transport à grande vitesse. Les Sables sont partis de San Francisco le 21 décembre. En fumant vers l'ouest, elle a atteint Pearl Harbor à la fin de l'année; a mené des exercices jusqu'en janvier 1943 et, le 8, a repris sa traversée du Pacifique. Le 22, il arriva à Espiritu Santo et, en tant que transport et escorte, commença à déplacer des renforts et des fournitures dans la région de Guadalcanal-Tulagi. Le 29, il est détaché de ses fonctions à Tulagi et reçoit l'ordre d'accompagner le remorqueur Navajo (AT 64) vers Rennell Island pour aider Chicago (CA-29). Rendez-vous le lendemain matin, le remorqueur a pris le croiseur endommagé en remorque et Sands a rejoint l'escorte de Chicago de cinq destroyers dans un écran circulaire. Les huit navires commencèrent alors à se diriger vers Tulagi. À 16 h 20, la formation est attaquée par des avions lance-torpilles japonais. Navajo a commencé des manœuvres d'évitement. Les canons antiaériens sur Sands et les DD ont braqué les intrus. Mais Chicago a pris une autre torpille et, 20 minutes plus tard, a coulé. Sands, avec neuf blessés par l'explosion d'un obus de 20 millimètres, a ramassé plus de 300 survivants et a pris la vapeur pour Espiritu Santo. En arrivant le 1er février elle a conduit des exercices amphibies du 4ème au 10ème ; terminé une autre course d'escorte jusqu'à Guadalcanal et retour le 14 ; et, le 15, avec plus de marines embarqués, retourna aux Salomon. Cinq jours plus tard, elle quittait Tulagi ; a traversé à Koli Point et, le 21, est passé aux Russells. Cette nuit-là, elle débarqua ses troupes d'assaut sans opposition ; puis retourna à Tulagi, d'où elle effectua deux autres trajets de transport jusqu'à la zone d'assaut avant le 26. Après l'occupation des Russell, Sands continua à transporter des troupes et du ravitaillement et à escorter des convois dans la région Nouvelle-Calédonie-Nouvelles Hébrides-Solomons. Avec le printemps, elle a été transférée à la 7e force amphibie. Le 14 mai, il a quitté les Nouvelles Hébrides et, le 20, il est arrivé à Townsville en Australie, avec un convoi LST. et le long de la côte nord de la péninsule papoue. En septembre, les forces étaient prêtes à se déplacer contre les positions japonaises sur la péninsule de Huon et à contester le contrôle de l'ennemi sur les détroits de Vitiaz et de Dampier. Le 2 septembre, Sands a embarqué des unités de la 9e division australienne, des vétérans du désert nord-africain et, deux jours plus tard, les a débarqués à l'est de Lae. Le 5, il se retira, revenant quelques jours plus tard pour bombarder la garnison japonaise à Lae alors que les forces alliées fermaient ce village de la jungle et des mangroves. Au milieu du mois, elle a repris des devoirs de transport et d'escorte le long de la côte; et, le 22, elle a débarqué des troupes juste au nord de Finschbafen. Des courses d'escorte de renfort et des exercices amphibies le long de la côte, de Port Moresby à la Péninsule de Huon et entre la Papouasie et les îles au large, occupées en octobre et novembre. Début décembre, à Goodenough Island, il chargea des unités du 112th Cavalry Rcgiment pour l'assaut de la Nouvelle-Bretagne. Le 15, elle débarqua les troupes dans des bateaux de débarquement en caoutchouc qui devaient les emmener sur la péninsule d'Amalut. Les Japonais, cependant, ont ouvert le feu avant que les bateaux n'atteignent la plage. Les unités de couverture, ne sachant pas si les troupes avaient débarqué, retenaient le feu de peur de toucher les cavaliers. Douze des 15 bateaux, criblés de tirs japonais, ont coulé. La plupart des troupes survivantes ont nagé vers la mer. Sands et le destroyer d'escorte ont ouvert le feu pour réduire au silence les canons ennemis. La recherche de survivants a commencé, et tous sauf 16 ont été sauvés. Onze jours plus tard, Sands est retourné en Nouvelle-Bretagne pour un autre atterrissage d'assaut. Le 26, il a débarqué des marines au cap Gloucester, a fourni un appui-feu alors qu'ils s'éloignaient des plages, puis s'est retiré pour préparer sa prochaine cible, Saidor. Le 1er janvier 1944, l'APD a de nouveau quitté l'île de Goodenough avec des troupes d'assaut embarquées. Une unité du Groupe opérationnel 76.1, elle a transité par le détroit de Vitiaz cette nuit-là et, à 7 h 35 le 2, a débarqué les troupes sur la plage de Saidor, à 115 milles à l'ouest de Finschhafen. À 08h00, elle était hors de la zone de transport. Dans l'après-midi, elle est revenue à Buna Roads et, jusqu'au milieu du mois, a fait des courses entre là et Capes Cretin et Sudest. Le 18, Sands est arrivé à Sydney pour un bref répit. Le 28, elle est devenue en route pour revenir en Nouvelle-Guinée avec la cargaison et le personnel pour la Baie Milne, Buna et le Cap Sudest. Du 6 au 24 février, elle a accompli une autre course à Sydney, puis, le 27, a chargé des troupes au Cap Sudest pour le transport aux plages d'assaut à l'Île de Los Negros, Amirautés. Naviguant le 29, il a traversé la mer de Bismarck et est arrivé au large de la zone d'assaut peu après 7 h 30 le lendemain; a envoyé ses LCP(R) chargés sur la ligne de départ à 7 h 42 ; puis, lorsque les premières vagues ont atteint le rivage, ont commencé les opérations d'appui-feu. À 8 h 35, les bateaux de Sands ont frappé la plage avec la vague 3D. Les tirs croisés intenses qui avaient attrapé les vagues précédentes se sont poursuivis à mesure qu'elles s'approchaient. Une mauvaise organisation sur la plage ralentissait le déchargement et aidait à la précision des défenseurs japonais. Sands a subi deux pertes, une tuée, une grièvement blessée, de ses équipages de bateau et a perdu son non. 1 bateau. En milieu d'après-midi, l'APD a quitté la zone de Los NegrosManus. En revenant au Cap Sudest, elle a chargé des renforts bien nécessaires le 3 mars et, le jour suivant, les a débarqués sur l'île contestée et a pris des pertes. Le 5, elle était de retour au Cap Sudest, d'où elle a repris le devoir d'escorte le long de la côte. Au début d'avril, Sands a entraîné des unités militaires dans des exercices amphibies. Le 18, elle a embarqué des unités du 162d Infantry et est devenue en route pour la Baie de Humboldt. En fumant avec TG 77.2, le Groupe d'Attaque Central pour l'opération Hollandia, elle est arrivée dans la zone de transport tôt le matin du 22d. A 06h00 ses bateaux ont été abaissés et chargés. Cinq minutes plus tard, ils étaient en route vers la ligne de départ. À 7 h 35, ils sont revenus et ont été hissés à bord. L'APD a alors pris des fonctions d'appui-feu. En mai, elle a repris des courses d'escorte et de transport mais, au milieu du mois les a interrompues pour revenir en Californie. Après une révision à Alameda, les Sables ont transporté des passagers à Pearl Harbor; y embarqua 126 hommes de la 81e Division de reconnaissance et arriva dans les Salomon le 24 août pour répéter l'opération de Palau. Deux semaines plus tard, elle a fumé au nord-ouest, en arrivant dans la zone de transport de l'île Anguar le 15. Agissant comme réserve pour l'assaut de l'île Peleliu, il resta au large d'Anguar lors des premiers débarquements sur l'ancienne île. Au milieu de la matinée, elle s'est déplacée vers Peleliu pour soutenir les forces à terre. Le 17, il est revenu à Anguar et, le 18, a débarqué la compagnie de reconnaissance sur Red Beach. Le 19, elle rejoint Harris ; embarque la 323e Compagnie de reconnaissance puis, avec Rathburne, se rend à Ulithi. Là jusqu'au 25, elle y détacha ses troupes sans opposition, puis se mit en route pour retourner à Hollandia. Arrivée le 28, elle s'est déplacée à Manus le 29 ; équipé ses bateaux d'engins de dragage de mines; a embarqué du personnel de dragage de mines et, le 10 octobre, a navigué vers Leyte avec des unités du Mine Squadron 2. Malgré le mauvais temps et deux appendicectomies qui ont été effectuées à bord du navire, Sands est arrivé aux abords du golfe de Leyte le 17. Le 18, elle a fermé l'île de Suluan; a décollé des troupes de reconnaissance débarquées précédemment par Crosby et les a transférées sur ce navire. Le 19, il s'est déplacé jusqu'à la zone d'assaut et a abaissé ses LCP(R) pour mener des opérations de dragage de mines en eaux peu profondes. De 1155 à 1410, il a couvert ses bateaux alors qu'ils balayaient les approches des plages Rouge et Blanche près de Tacloban. Enjambés mais non touchés par les batteries japonaises, les bateaux ont terminé leur mission et sont retournés à l'APD. Sands s'est ensuite déplacé vers les plages de Dulag, où ses bateaux ont effectué d'autres balayages en eau peu profonde. Pendant la nuit, Sands a patrouillé dans le golfe de Leyte. Dans la matinée, elle est retournée dans la région de Tacloban pour y fournir un appui-feu. Dans l'après-midi, elle s'est déplacée vers la région de Dulag dans le même but; et, le 21, elle est devenue en route pour revenir en Nouvelle-Guinée. Pendant le novembre, l'APD a mené une course de réapprovisionnement et de renfort à Leyte et en arrière, alors préparée pour l'invasion de Luzon. Le 27 décembre, elle a quitté Hollandia pour le Palaus et Leyte. Le 2 janvier 1945, elle a dégagé la Baie de San Pedro. Le 4, la résistance aérienne japonaise commença. Le jour suivant, son groupe de tâche, 77.2, a fumé jusqu'à la côte de Luzon. Des avions japonais basés à terre ont de nouveau attaqué. Le 6, la force est arrivée au large du golfe de Lingayen et malgré une précision kamikaze, les navires sont entrés dans le golfe et ont pris leurs postes. Sands, avec d'autres APD, a bombardé l'île de Santiago. Le 7, elle a couvert les YMS pendant qu'ils effectuaient des balayages, puis a fermé les plages orange et verte pour couvrir les équipes de démolition sous-marine alors qu'elles éliminaient les obstacles de la zone d'atterrissage. Le 8, elle s'est déplacée vers la zone de transport où elle est restée en patrouille, jusqu'au 13. Elle est devenue alors en route pour Leyte et Ulithi. L'APD est arrivée dans les Carolines Occidentales le 24 et est restée jusqu'en février. Le 1er mars, elle a rejoint un convoi pour Iwo Jima ; arrivé le 3d; patrouillé jusqu'au 5e ; et a navigué pour Saipan le 6ème, escortant des transports se retirant. Des Mariannes, elle a navigué vers les Salomon, la Nouvelle-Calédonie et les Amirautés, d'où elle est retournée à Ulithi pour escorter des renforts vers les Ryukyus. À la mi-juin, il avait terminé trois trajets vers la région d'Okinawa et avait commencé sa dernière traversée du Pacifique. Le 30, elle est arrivée à Pearl Harbor ; et, le 11 juillet, elle est revenue à San Diego. Les Sables sont restés sur la côte ouest jusqu'à la fin des hostilités. Le 29 août, il a fait route pour Philadelphie, où il a été désarmé le 10 octobre 1945. Retiré de la liste de la Navy le 1er novembre, il a été vendu pour démolition à la Boston Metals Co., Baltimore, Maryland, le printemps suivant. (APD-13) a obtenu neuf étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


USS Sands DD-243 (1920-1945)

Demandez un paquet GRATUIT et obtenez les meilleures informations et ressources sur le mésothéliome qui vous sont livrées du jour au lendemain.

Tout le contenu est protégé par le droit d'auteur 2021 | À propos de nous

Publicité d'avocat. Ce site Web est sponsorisé par Seeger Weiss LLP avec des bureaux à New York, New Jersey et Philadelphie. L'adresse principale et le numéro de téléphone de la société sont 55 Challenger Road, Ridgefield Park, New Jersey, (973) 639-9100. Les informations sur ce site Web sont fournies à titre informatif uniquement et ne sont pas destinées à fournir des conseils juridiques ou médicaux spécifiques. N'arrêtez pas de prendre un médicament prescrit sans d'abord consulter votre médecin. L'arrêt d'un médicament prescrit sans l'avis de votre médecin peut entraîner des blessures ou la mort. Les résultats antérieurs de Seeger Weiss LLP ou de ses avocats ne garantissent ni ne prédisent un résultat similaire en ce qui concerne toute question future. Si vous êtes un détenteur légal des droits d'auteur et pensez qu'une page de ce site dépasse les limites de « l'utilisation équitable » et enfreint les droits d'auteur de votre client, nous pouvons être contactés concernant les questions de droit d'auteur à l'adresse [email protected]


Contenu

Années 1920 [ modifier | modifier la source]

Suite à la mise en service, Sables est resté à Philadelphie, Pennsylvanie pour s'équiper pour le service européen. Le 22 novembre, le lieutenant M. L. Sperry, Jr., relève Ens. Leahy en tant que commandant temporaire et, le 13 décembre, le commandant Robert L. Ghormley a pris le commandement. Le jour suivant, le destroyer est parti de Philadelphie à vapeur à Melville, Rhode Island, pour la tenue de torpille puis s'est rendu à New York. Le 3 janvier 1921, il s'embarqua pour l'Europe. Elle est arrivée à Brest le 16 et, pendant les sept mois suivants, a effectué des courses entre les ports français et britanniques. À la mi-août, elle a fumé pour la Baltique a fait escale à divers ports sur cette mer, malgré le danger toujours présent des mines et est revenue à Cherbourg le 27 septembre. Trois semaines plus tard, il dégage les côtes françaises et se dirige vers l'est de la Méditerranée et la région de la mer Noire. Là-bas, les combats entre Grecs et Turcs sur la côte d'Asie Mineure entre Turcs et Arméniens sur le plateau anatolien et entre les forces rouges et blanches en Russie avaient créé des problèmes tels que la maladie, la pauvreté et la famine.

Chargé de fournir un service d'expédition pour soutenir les efforts du Comité de secours américain et pour protéger les ressortissants et les intérêts américains, Sables arrivé à Constantinople occupé par les Alliés le 11 novembre.Neuf jours plus tard, il a fait le plein aux quais de Standard Oil à Selvi Bournu, puis a commencé sa première croisière. À la fin du décembre, elle a fumé de Samsun et de Trébizonde, observant pendant que les Grecs ont été expulsés de ces régions. Après être revenu brièvement à Constantinople, elle a fumé à Alexandrette, d'où elle a continué à Cilicie. Là, il fit escale à Mersin, site d'une mission américaine et d'un centre de distribution de secours, et resta pendant presque tout le mois de janvier 1922. Le 3 février, il était de retour à Constantinople et, le 8, il se dirigea vers Novorossiysk. Du 8 au 19, elle a soutenu les travaux de secours dans cette ville, puis s'est rendue à Samsun où, avec une interruption pour récupérer une barge à la dérive près d'Inebole, elle est restée jusqu'au 8 mars. Deux jours plus tard, elle est retournée à Constantinople et, le 18, elle s'est déplacée à Selvi Bournu pour aider aux efforts de lutte contre l'incendie dans la zone de stockage de pétrole. Les incendies maîtrisés, il regagne Constantinople et, le 22, se remet en route pour faire de nouveau escale à Mersin. Le 7 avril, il avait retransmis les Dardanelles et la mer de Marmora. Le 8 mai, elle traverse le Bosphore. Du 9 au 22, elle se trouve à Odessa, d'où elle passe à Théodosie, puis continue jusqu'à Novorossisk. Début juin, il est à Trébizonde et, le 4, il arrive à Samsun où, pendant plusieurs jours, il quitte l'entrée du port alors que les forces grecques et turques échangent des tirs.

Sables est revenu à Constantinople le 9 juillet et a navigué peu après pour Gibraltar et les États-Unis. D'août à novembre, elle a subi une révision à Philadelphie. À la fin de décembre, elle avait rejoint la flotte de reconnaissance à New York et, le 3 janvier 1923, elle quitta cette ville pour des manœuvres hivernales dans les Caraïbes. En février, elle a participé à Fleet Problem I, un exercice conçu pour tester les défenses du canal de Panama. En mars et avril, il mène des opérations dans les Grandes Antilles et, en mai, il retourne sur la côte est. En juillet, après la révision, elle s'est dirigée au nord vers la côte de la Nouvelle-Angleterre. À l'automne, il a commencé ses opérations au large de la côte médio-atlantique et, en janvier 1924, il a de nouveau navigué vers le sud pour des manœuvres d'hiver.

Années 1930 [ modifier | modifier la source]

Au cours de la décennie et dans les années 1930, Sables maintenu un calendrier similaire. Le 10 novembre 1930, cependant, après avoir terminé des exercices au large du sud de la Nouvelle-Angleterre, il se rend à Philadelphie, où il commence l'inactivation. Il a été désarmé le 13 février 1931 et amarré à League Island jusqu'à ce qu'il soit commandé d'être activé à l'été 1932.

Recommandé le 21 juillet, le destroyer s'est déplacé à Norfolk, Virginie et, en août, elle a navigué pour la côte ouest. Le 8 septembre, elle est arrivée à sa nouvelle base, San Diego, Californie et a commencé des opérations de la côte sud de la Californie. Avec la nouvelle année, 1933, elle a fumé à Hawaï pour des exercices de flotte et, à la mi-février, est revenue en Californie. Au printemps, il a opéré au large de Washington et, en juillet, il a repris les exercices à partir de San Diego. Trois mois plus tard, il rejoint le 20e Escadron de destroyers rotatifs et reste en réserve tout l'hiver. Activé en avril 1934, il rejoignit la division Destroyer 9 et se mit en route pour les exercices des Caraïbes et de la flotte. À la mi-novembre, il était de retour dans le sud de la Californie, où il resta, avec une interruption - Fleet Problem XVI dans le Pacifique Nord (mai 1935) - jusqu'en avril 1936. Il retourna ensuite sur la côte est, participa à des exercices dans les Caraïbes et au large de la Nouvelle-Angleterre et retourna à San Diego en octobre. Pendant les deux années suivantes, elle a opéré principalement dans la région du sud de la Californie, avec des exercices dans les îles hawaïennes au printemps et à l'automne 1937 et au printemps 1938. À son retour en avril 1938, elle a opéré localement pendant l'été, puis a préparé pour l'inactivation.

Sables a été désarmé à San Diego le 15 septembre 1938. En moins d'un an, cependant, la guerre a éclaté en Europe et le destroyer a reçu l'ordre d'être activé pour le service de patrouille de neutralité.

Remis en service le 26 septembre 1939, Sables a quitté la côte ouest le 13 novembre et, un peu plus d'un mois plus tard, a pris des fonctions de patrouille dans les Caraïbes. Elle y est restée jusqu'au printemps 1940, puis s'est déplacée vers le nord pour des missions de patrouille et d'escorte au large de la côte est, des caps de Virginie aux provinces maritimes. Avant la fin de l'année, il retourne dans le Pacifique et reprend ses opérations au large de la Californie.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Avec l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Sables a commencé le travail d'escorte côtière, qui s'est poursuivi jusqu'au printemps 1942. Puis, alors que les Japonais pénétraient dans les îles Aléoutiennes occidentales, il s'est déplacé vers l'Alaska et, pendant l'été, a escorté des convois et effectué des patrouilles du continent aux ports des Aléoutiennes orientales. À l'automne, les Alliés passent à l'offensive et Sables était nécessaire pour une mission différente. Le 28 octobre, elle a navigué au sud. Deux jours plus tard, elle a été rebaptisée APD-13 et, le 5 novembre, elle est arrivée à San Francisco pour la conversion en un transport à grande vitesse.

1943[modifier | modifier la source]

Sables est parti de San Francisco le 21 décembre. Naviguant vers l'ouest, il atteint Pearl Harbor à la fin de l'année, conduit des exercices jusqu'en janvier 1943 et, le 8, reprend sa traversée du Pacifique. Le 22, elle est arrivée à Espiritu Santo et, en tant que transport et en tant qu'escorte, a commencé à déplacer des renforts et des fournitures dans la région de Guadalcanal-Tulagi. Le 29, elle est détachée de ses fonctions à Tulagi et reçoit l'ordre d'accompagner Navajo, vers l'île Rennell pour aider Chicago. Au rendez-vous le lendemain matin, le remorqueur prend en remorque le croiseur endommagé et Sables rejoint Chicago Escorte de cinq destroyers dans un écran circulaire. Les huit navires commencèrent alors à se diriger vers Tulagi. À 16 h 20, la formation est attaquée par des avions lance-torpilles japonais. Navajo a commencé des manœuvres d'évitement. Canons antiaériens sur Sables et les destroyers ont tiré sur les intrus, mais Chicago a été touché par une autre torpille et, 20 minutes plus tard, a coulé.

Sables, avec neuf blessés par l'explosion d'un obus de 20 millimètres, ramassa plus de 300 survivants et partit pour Espiritu Santo. En arrivant le 1er février, elle a mené des exercices amphibies du 4 au 10, a terminé une autre course d'escorte à Guadalcanal et de retour par le 14 et, le 15, avec plus de marines embarqués, est retournée aux îles Salomon. Cinq jours plus tard, elle a quitté Tulagi pour se rendre à Koli Point et, le 21, s'est rendue aux îles Russell cette nuit-là, elle a débarqué ses troupes d'assaut sans opposition puis est retournée à Tulagi, d'où elle a effectué deux autres trajets de transport vers la zone d'assaut. avant le 26.

Après l'occupation des Russell, Sables a continué à transporter des troupes et des fournitures et à escorter des convois dans la zone Nouvelle-Calédonie-Nouvelles Hébrides-Solomons. Avec le printemps, elle a été transférée à la 7e force amphibie. Le 14 mai, elle a quitté les Nouvelles Hébrides et, le 20, elle est arrivée à Townsville, en Australie, avec un convoi LST.

Pendant l'été, elle a effectué des missions d'escorte et de patrouille le long de la côte du Queensland et a accompli de nombreuses missions de transport pour déplacer les forces alliées jusqu'à et le long de la côte nord de la péninsule papoue. En septembre, les forces étaient prêtes à se déplacer contre les positions japonaises sur la péninsule de Huon et à contester le contrôle de $3 et du détroit de Dampier.

Le 2 septembre, Sables embarque des unités de la 9e division australienne, vétérans du désert nord-africain et, deux jours plus tard, les fait débarquer à l'est de Lae. Le 5, il se retira, revenant quelques jours plus tard pour bombarder la garnison japonaise de Lae alors que les forces alliées fermaient ce village depuis la jungle et les mangroves. Au milieu du mois, elle a repris des devoirs de transport et d'escorte le long de la côte et, le 22, elle a débarqué des troupes juste au nord de Finschhafen.

Courses d'escorte en renfort et exercices amphibies le long de la côte, de Port Moresby à la péninsule de Huon et entre la Papouasie et les îles au large, occupées en octobre et novembre. Début décembre, à Goodenough Island, il charge des unités du 112th Cavalry Regiment pour l'assaut de la Nouvelle-Bretagne. Le 15, il débarqua les troupes dans des bateaux de débarquement en caoutchouc qui devaient les emmener sur la péninsule d'Amalut. Les Japonais, cependant, ont ouvert le feu avant que les bateaux n'atteignent la plage. Les unités de couverture, ne sachant pas si les troupes avaient débarqué, retenaient le feu de peur de toucher les cavaliers. Douze des 15 bateaux, criblés de tirs japonais, ont coulé. La plupart des troupes survivantes ont nagé vers la mer. Sables et le destroyer d'escorte a ouvert le feu, faisant taire les canons côtiers. La recherche de survivants a commencé, et tous sauf 16 ont été sauvés.

Onze jours plus tard, Sables retourna en Nouvelle-Bretagne pour un autre débarquement d'assaut. Le 26, elle a débarqué des marines au cap Gloucester, a fourni un appui-feu alors qu'ils s'éloignaient des plages, puis s'est retirée pour préparer sa prochaine cible, Saidor.

1944[modifier | modifier la source]

Le 1er janvier 1944, l'APD quitte à nouveau l'île d'Assez bien avec des troupes d'assaut embarquées. Une unité du Groupe opérationnel 76.1, elle a transité par le détroit de Vitiaz cette nuit-là et, à 7 h 35 le 2, a débarqué les troupes sur la plage de Saidor, à 115 milles à l'ouest de Finschhafen. À 08h00, elle était hors de la zone de transport. Dans l'après-midi, il regagne les routes de Buna et, jusqu'à la mi-mois, effectue des trajets entre celle-ci et les caps Crétin et Sudest.

Le 18, Sables arrivé à Sydney pour un bref répit. Le 28, elle est devenue en route pour revenir en Nouvelle-Guinée avec la cargaison et le personnel pour la Baie Milne, Buna et le Cap Sudest. Du 6 au 24 février, elle a accompli une autre course à Sydney puis, le 27, a chargé des troupes au Cap Sudest pour le transport aux plages d'assaut à l'Île de Los Negros, Amirautés. Naviguant le 29, il a traversé la mer de Bismarck et est arrivé au large de la zone d'assaut peu après 7 h 30 le lendemain, a envoyé ses LCP(R) chargés vers la ligne de départ à 7 h 42, puis, alors que les premières vagues ont atteint le rivage, a commencé les opérations d'appui-feu. A 0835, Sables Les bateaux ont touché la plage avec la 3e vague d'assaut. Les tirs croisés intenses qui avaient attrapé les vagues précédentes se sont poursuivis à mesure qu'elles s'approchaient. Une mauvaise organisation sur la plage ralentissait le déchargement et aidait à la précision des défenseurs japonais. Sables a subi deux pertes, un tué, un grièvement blessé, de ses équipages de bateau et a perdu son no. 1 bateau.

En milieu d'après-midi, l'APD a quitté la région de Los Negros-Manus. En revenant au Cap Sudest, elle a chargé des renforts bien nécessaires le 3 mars et, le jour suivant, les a débarqués sur l'île contestée et a pris des pertes. Le 5, il est de retour au Cap Sudest, d'où il reprend le service d'escorte le long de la côte.

Début Avril, Sables entraîné des unités de l'armée à des exercices amphibies. Le 18, elle a embarqué des unités de la 162e d'infanterie et est partie pour la baie de Humboldt. En fumant avec TG 77.2, le Groupe d'Attaque Central pour l'opération Hollandia, elle est arrivée dans la zone de transport tôt le matin du 22. A 06h00, ses bateaux ont été abaissés et chargés. Cinq minutes plus tard, ils étaient en route vers la ligne de départ. À 7 h 35, ils sont revenus et ont été hissés à bord. L'APD a ensuite pris des fonctions d'appui au tir.

Le 24, Sables est retourné au Cap Cretin, et de là s'est rendu au Cap Sudest pour la disponibilité. En mai, elle a repris les courses d'escorte et de transport mais, au milieu du mois, les a interrompues pour retourner en Californie.

Après une révision chez Alameda, Sables a transporté des passagers à Pearl Harbor a embarqué 126 hommes de la 81e Division de Reconnaissance Company là-bas et est arrivé dans les Salomon le 24 août pour répéter l'opération Palau. Deux semaines plus tard, elle a fumé au nord-ouest, en arrivant dans la zone de transport de l'île Anguar le 15. Agissant comme réserve pour l'assaut de l'île Peleliu, il resta au large d'Anguar lors des premiers débarquements sur l'ancienne île. Au milieu de la matinée, elle s'est déplacée à Peleliu pour soutenir les forces à terre. Le 17, il est revenu à Anguar et, le 18, a débarqué la compagnie de reconnaissance sur Red Beach. Le 19, elle côtoie Harris embarque la 323e Compagnie de Reconnaissance puis, avec Rathburne, se rendit à Ulithi. Là jusqu'au 25, elle débarqua ses troupes sans opposition, puis se mit en route pour retourner à Hollandia. Arrivé le 28, il a déménagé à Manus le 29, a équipé ses bateaux d'un équipement de déminage, a embarqué du personnel de déminage et, le 10 octobre, a navigué vers Leyte avec des unités du Mine Squadron 2.

Malgré le mauvais temps et les deux appendicectomies pratiquées à bord du navire, Sables arrivé aux abords du golfe de Leyte le 17. Le 18, elle ferme l'île de Suluan, fait décoller les troupes de reconnaissance débarquées auparavant par Crosby et les a transférés sur ce navire. Le 19, il s'est déplacé vers la zone d'assaut et a abaissé ses LCP(R) pour mener des opérations de dragage de mines en eau peu profonde. De 1155 à 1410, elle couvrit ses bateaux alors qu'ils balayaient les abords des plages Rouge et Blanche près de Tacloban. Enjambés, mais non touchés, par les batteries japonaises, les bateaux ont terminé leur mission et sont retournés à l'APD. Sables puis s'est déplacé vers les plages de Dulag, où ses bateaux ont effectué d'autres balayages en eau peu profonde.

Au cours de la nuit, Sables patrouillait dans le golfe de Leyte. Dans la matinée, elle est retournée dans la région de Tacloban pour y fournir un appui-feu. Dans l'après-midi, il s'est déplacé dans la région de Dulag dans le même but et, le 21, il est parti en route pour retourner en Nouvelle-Guinée.

1945[modifier | modifier la source]

Au cours du mois de novembre, l'APD a effectué une course de réapprovisionnement et de renfort à Leyte et à l'arrière, puis s'est préparée à l'invasion de Luzon. Le 27 décembre, elle a quitté Hollandia pour le Palaus et Leyte. Le 2 janvier 1945, elle a dégagé la Baie de San Pedro. Le 4, la résistance aérienne japonaise commence. Le jour suivant, son groupe de tâche, 77.2, a fumé jusqu'à la côte de Luzon. Des avions japonais basés à terre ont de nouveau attaqué. Le 6, la force arrive au large du golfe de Lingayen et, malgré kamikaze précision les navires sont entrés dans le golfe et ont pris leurs stations. Sables, avec d'autres APD, ont bombardé l'île de Santiago. Le 7, elle a couvert les YMS pendant qu'ils effectuaient des balayages, puis a fermé les plages orange et verte pour couvrir les équipes de démolition sous-marine alors qu'elles éliminaient les obstacles de la zone d'atterrissage. Le 8, il rejoint la zone de transport où il reste, en patrouille, jusqu'au 13. Elle a ensuite pris la route pour Leyte et Ulithi.

L'APD est arrivé dans les Carolines occidentales le 24 et est resté jusqu'en février. Le 1er mars, elle a rejoint un convoi pour Iwo Jima, est arrivée le 3, a patrouillé jusqu'au 5 et a navigué pour Saipan le 6, escortant les transports se retirant. Des Mariannes, elle a navigué vers les Salomon, la Nouvelle-Calédonie et les Amirautés, d'où elle est retournée à Ulithi pour escorter des renforts vers les Ryukyus. À la mi-juin, il avait terminé trois trajets vers la région d'Okinawa et avait commencé sa dernière traversée du Pacifique. Le 30, elle est arrivée à Pearl Harbor et, le 11 juillet, elle est revenue à San Diego.

Sables resté sur la côte ouest jusqu'à la fin des hostilités. Le 29 août, elle est devenue en route pour Philadelphie, Pennsylvanie où elle a été désarmée le 10 octobre 1945. Rayé de la liste de marine le 1 novembre, elle a été vendue pour la casse à la Boston Metals Company le printemps suivant.


Suite à la mise en service, Sables est resté à Philadelphie pour s'équiper pour le service européen. Le 22 novembre, le lieutenant M. L. Sperry, Jr., a relevé Ens. Leahy en tant que commandant temporaire et, le 13 décembre, le Comdr. Robert L. Ghormley a pris le commandement. Le lendemain, le destroyer a quitté Philadelphie et s'est rendu à Melville, R.I., pour un équipement de torpille, puis s'est rendu à New York. Le 3 janvier 1921, il s'embarqua pour l'Europe. Elle est arrivée à Brest le 16 et, pendant les sept mois suivants, a effectué des courses entre les ports français et britanniques. À la mi-août, elle a fumé pour la Baltique a fait escale à divers ports sur cette mer, malgré le danger toujours présent des mines et est revenue à Cherbourg le 27 septembre. Trois semaines plus tard, il dégage les côtes françaises et se dirige vers l'est de la Méditerranée et la région de la mer Noire. Là-bas, les combats entre Grecs et Turcs sur la côte d'Asie Mineure entre Turcs et Arméniens sur le plateau anatolien et entre les forces rouges et blanches en Russie avaient créé un chaudron de haine, de maladie, de pauvreté et de famine.

Chargé de fournir un service d'expédition pour soutenir les efforts du Comité de secours américain et pour protéger les ressortissants et les intérêts américains, Sables arrivé à Constantinople occupé par les Alliés le 11 novembre. Neuf jours plus tard, il a fait le plein aux quais de Standard Oil à Selvi Bournu, puis a commencé sa première croisière. À la fin du décembre, elle a fumé de Samsoun et de Trébizonde, observant pendant que les Grecs ont été expulsés de ces régions. Après être revenu brièvement à Constantinople, elle a fumé à Alexandrette, d'où elle a continué à Cilicie troublée. Là, il fit escale à Mersin, site d'une mission américaine et d'un centre de distribution de secours, et resta pendant presque tout le mois de janvier 1922. Le 3 février, il était de retour à Constantinople et, le 8, il se dirigea vers Novorossiysk. Du 8 au 19, il a soutenu les travaux de secours dans cette ville, puis s'est rendu à Samsoun où, avec une interruption pour récupérer une barge à la dérive près d'Inebole, il est resté jusqu'au 8 mars. Deux jours plus tard, elle est retournée à Constantinople et, le 18, elle s'est déplacée à Selvi Bournu pour aider aux efforts de lutte contre l'incendie dans la zone de stockage de pétrole. Les incendies maîtrisés, il regagne Constantinople et, le 22, se remet en route pour faire de nouveau escale à Mersin. Le 7 avril, il avait retransmis les Dardanelles et la mer de Marmora. Le 8 mai, elle traverse le Bosphore. Du 9 au 22, elle se trouve à Odessa, d'où elle passe à Théodosie, puis continue jusqu'à Novorossiysk. Début juin, il est à Trébizonde et, le 4, il arrive à Samsoun où, pendant plusieurs jours, il quitte l'entrée du port alors que les forces grecques et turques échangent des tirs hostiles.

Sables est revenu à Constantinople le 9 juillet et a navigué peu après pour Gibraltar et les États-Unis. D'août à novembre, elle a subi une révision à Philadelphie. À la fin de décembre, elle avait rejoint la flotte de reconnaissance à New York et, le 3 janvier 1923, elle quitta cette ville pour des manœuvres hivernales dans les Caraïbes. En février, elle a participé à Fleet Problem I, un exercice conçu pour tester les défenses du canal de Panama. En mars et avril, il mène des opérations dans les Grandes Antilles et, en mai, il retourne sur la côte est. En juillet, après la révision, elle s'est dirigée au nord vers la côte de la Nouvelle-Angleterre. À l'automne, il a commencé ses opérations au large de la côte médio-atlantique et, en janvier 1924, il a de nouveau navigué vers le sud pour des manœuvres d'hiver.

Au cours de la décennie et dans les années 1930, Sables maintenu un calendrier similaire. Le 10 novembre 1930, cependant, après avoir terminé des exercices au large du sud de la Nouvelle-Angleterre, il se rend à Philadelphie, où il commence l'inactivation.Il a été désarmé le 13 février 1931 et amarré à League Island jusqu'à ce qu'il soit commandé d'être activé à l'été 1932.

Recommandé le 21 juillet, le destroyer s'est déplacé à Norfolk et, en août, elle a navigué pour la côte ouest. Le 8 septembre, elle est arrivée à sa nouvelle base, San Diego, et a commencé ses opérations au large de la côte sud de la Californie. Avec la nouvelle année, 1933, elle a fumé à Hawaï pour des exercices de flotte et, à la mi-février, est revenue en Californie. Au printemps, il a opéré au large de Washington et, en juillet, il a repris les exercices à partir de San Diego. Trois mois plus tard, il rejoint le 20e Escadron de destroyers rotatifs et reste en réserve tout l'hiver. Activé en avril 1934, il rejoignit la division Destroyer 9 et se mit en route pour les exercices des Caraïbes et de la flotte. À la mi-novembre, il était de retour dans le sud de la Californie, où il resta, avec une interruption&mdashFleet Problem XVI dans le Pacifique Nord (mai 1935)&mdashu jusqu'en avril 1936. Il retourna ensuite sur la côte est et participa à des exercices dans les Caraïbes et au large de la Nouvelle-Angleterre. et retourna à San Diego en octobre. Pendant les deux années suivantes, elle a opéré principalement dans la région du sud de la Californie, avec des exercices dans les îles hawaïennes au printemps et à l'automne 1937 et au printemps 1938. À son retour en avril 1938, elle a opéré localement pendant l'été, puis préparé pour l'inactivation.

Sables a été désarmé à San Diego le 15 septembre 1938. En moins d'un an, cependant, la guerre a éclaté en Europe et le destroyer a reçu l'ordre d'être activé pour le service de patrouille de neutralité.

Remis en service le 26 septembre 1939, Sables a quitté la côte ouest le 13 novembre et, un peu plus d'un mois plus tard, a pris des fonctions de patrouille dans les Caraïbes. Elle y est restée jusqu'au printemps 1940, puis s'est déplacée vers le nord pour des missions de patrouille et d'escorte au large de la côte est, des caps de Virginie aux provinces maritimes. Avant la fin de l'année, il retourne dans le Pacifique et reprend ses opérations au large de la Californie.

Avec l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Sables a commencé le travail d'escorte côtière, qui s'est poursuivi jusqu'au printemps 1942. Ensuite, alors que les Japonais pénétraient dans les Aléoutiennes occidentales, il s'est déplacé vers l'Alaska et, pendant l'été, a escorté des convois et effectué des patrouilles du continent aux ports des Aléoutiennes orientales. À l'automne, les Alliés passent à l'offensive et Sables était nécessaire ailleurs pour une mission différente. Le 28 octobre, elle a navigué au sud. Deux jours plus tard, il a été rebaptisé APD-13 et, le 5 novembre, il est arrivé à San Francisco pour être converti en transport à grande vitesse.

Sables est parti de San Francisco le 21 décembre. Naviguant vers l'ouest, il atteint Pearl Harbor à la fin de l'année, conduit des exercices jusqu'en janvier 1943 et, le 8, reprend sa traversée du Pacifique. Le 22, elle est arrivée à Espiritu Santo et, en tant que transport et en tant qu'escorte, a commencé à déplacer des renforts et des fournitures dans la région de Guadalcanal-Tulagi. Le 29, il est détaché de ses fonctions à Tulagi et reçoit l'ordre d'accompagner le remorqueur, Navajo (AT-64), vers l'île Rennell pour aider Chicago (CA-29). Au rendez-vous le lendemain matin, le remorqueur prend en remorque le croiseur endommagé et Sables rejoint Chicago&rsquos escorte de cinq destroyers dans un écran circulaire. Les huit navires commencèrent alors à se diriger vers Tulagi. À 16 h 20, la formation est attaquée par des avions lance-torpilles japonais. Navajo a commencé des manœuvres d'évitement. Canons antiaériens sur Sables et les DD&rsquos s'en sont pris aux intrus. Mais Chicago a pris une autre torpille et, 20 minutes plus tard, a coulé.

Sables, avec neuf blessés par l'explosion d'un obus de 20 millimètres, ramassa plus de 300 survivants et partit pour Espiritu Santo. En arrivant le 1er février, elle a mené des exercices amphibies du 4 au 10, a terminé une autre course d'escorte à Guadalcanal et à l'arrière par le 14 et, le 15, avec plus de marines embarqués, est retournée aux Salomon. Cinq jours plus tard, elle a quitté Tulagi pour se rendre à Koli Point et, le 21, elle est passée aux Russells. Cette nuit-là, elle débarqua ses troupes d'assaut sans opposition puis retourna à Tulagi, d'où elle effectua deux autres trajets de transport vers la zone d'assaut avant le 26.

Après l'occupation des Russell, Sables a continué à transporter des troupes et des fournitures et à escorter des convois dans la zone Nouvelle-Calédonie-Nouvelles Hébrides-Solomons. Avec le printemps, elle a été transférée à la 7e force amphibie. Le 14 mai, elle a quitté les Nouvelles Hébrides et, le 20, elle est arrivée à Townsville, en Australie, avec un convoi LST.

Au cours de l'été, elle a effectué des missions d'escorte et de patrouille le long de la côte du Queensland et a effectué de nombreuses courses pour déplacer les forces alliées jusqu'à et le long de la côte nord de la péninsule papoue. En septembre, les forces étaient prêtes à se déplacer contre les positions japonaises sur la péninsule de Huon et à contester le contrôle ennemi des détroits de Vitiaz et de Dampier.

Le 2 septembre, Sables embarque des unités de la 9e division australienne, vétérans du désert nord-africain et, deux jours plus tard, les fait débarquer à l'est de Lae. Le 5, il se retira, revenant quelques jours plus tard pour bombarder la garnison japonaise à Lae alors que les forces alliées fermaient ce village de la jungle et des mangroves. Au milieu du mois, elle a repris des devoirs de transport et d'escorte le long de la côte et, le 22, elle a débarqué des troupes juste au nord de Finschhafen.

Courses d'escorte en renfort et exercices amphibies le long de la côte, de Port Moresby à la péninsule de Huon et entre la Papouasie et les îles au large, occupées en octobre et novembre. Début décembre, à Good-enough Island, il charge des unités du 112th Cavalry Regiment pour l'assaut de la Nouvelle-Bretagne. Le 15, il débarqua les troupes dans des bateaux de débarquement en caoutchouc qui devaient les emmener sur la péninsule d'Amalut. Les Japonais, cependant, ont ouvert le feu avant que les bateaux n'atteignent la plage. Les unités de couverture, ne sachant pas si les troupes avaient débarqué, retenaient le feu de peur de toucher les cavaliers. Douze des 15 bateaux, criblés de tirs japonais, ont coulé. La plupart des troupes survivantes ont nagé vers la mer. Sables et le destroyer d'escorte a ouvert le feu, faisant taire les canons ennemis. La recherche de survivants a commencé, et tous sauf 16 ont été sauvés.

Onze jours plus tard, Sables retourna en Nouvelle-Bretagne pour un autre débarquement d'assaut. Le 26, elle a débarqué des marines au cap Gloucester, a fourni un appui-feu alors qu'ils s'éloignaient des plages, puis s'est retirée pour préparer sa prochaine cible, Saidor.

Le 1er janvier 1944, l'APD quitte à nouveau l'île de Goodenough avec des troupes d'assaut embarquées. Une unité du Groupe opérationnel 76.1, elle a transité par le détroit de Vitiaz cette nuit-là et, à 7 h 35 le 2, a débarqué les troupes sur la plage de Saidor, à 115 milles à l'ouest de Finschhafen. À 08h00, elle était hors de la zone de transport. Dans l'après-midi, il est retourné à Buna Roads et, jusqu'au milieu du mois, a fait des trajets entre là-bas et les caps Crétin et Sudest.

Le 18, Sables arrivé à Sydney pour un bref répit. Le 28, elle est devenue en route pour revenir en Nouvelle-Guinée avec la cargaison et le personnel pour la Baie Milne, Buna et le Cap Sudest. Du 6 au 24 février, elle a accompli une autre course à Sydney puis, le 27, a chargé des troupes au Cap Sudest pour le transport aux plages d'assaut à l'Île de Los Negros, Amirautés. Naviguant le 29, il a traversé la mer de Bismarck et est arrivé au large de la zone d'assaut peu après 7 h 30 le lendemain, a envoyé ses LCP(R) chargés vers la ligne de départ à 7 h 42, puis, alors que les premières vagues ont atteint le rivage, a commencé les opérations d'appui-feu. A 0835, Sables & rsquo les bateaux frappent la plage avec la vague 3d. Les tirs croisés intenses qui avaient attrapé les vagues précédentes se sont poursuivis à mesure qu'elles s'approchaient. Une mauvaise organisation sur la plage ralentissait le déchargement et aidait à la précision des défenseurs japonais. Sables a subi deux pertes, un tué et un grièvement blessé, de ses équipages de bateau et a perdu son no. 1 bateau.

En milieu d'après-midi, l'APD a quitté la région de Los Negros-Manus. En revenant au Cap Sudest, elle a chargé des renforts bien nécessaires le 3 mars et, le jour suivant, les a débarqués sur l'île contestée et a pris des pertes. Le 5, il est de retour au Cap Sudest, d'où il reprend le service d'escorte le long de la côte.

Début Avril, Sables entraîné des unités de l'armée à des exercices amphibies. Le 18, elle a embarqué des unités du 162d Infantry et est partie pour Humboldt Bay Steaming avec TG 77.2, le Central Attack Group pour l'opération Hollandia, elle est arrivée dans la zone de transport tôt le matin du 22d. A 06h00, ses bateaux ont été abaissés et chargés. Cinq minutes plus tard, ils étaient en route vers la ligne de départ. À 7 h 35, ils sont revenus et ont été hissés à bord. L'APD a ensuite pris des fonctions d'appui au tir.

Le 24, Sables est retourné au cap Cretin, puis s'est rendu au cap Sudest pour la disponibilité. En mai, elle a repris les courses d'escorte et de transport mais, au milieu du mois, les a interrompues pour retourner en Californie.

Après une révision chez Alameda, Sables a transporté des passagers à Pearl Harbor a embarqué 126 hommes de la 81e Division de Reconnaissance Company là-bas et est arrivé dans les Salomon le 24 août pour répéter l'opération Palau. Deux semaines plus tard, elle a fumé au nord-ouest, en arrivant dans la zone de transport de l'île Anguar le 15. Agissant comme réserve pour l'assaut de l'île Peleliu, il resta au large d'Anguar lors des premiers débarquements sur l'ancienne île. Au milieu de la matinée, elle s'est déplacée à Peleliu pour soutenir les forces à terre. Le 17, il est revenu à Anguar et, le 18, a débarqué la compagnie de reconnaissance sur Red Beach. Le 19, elle côtoie Harris embarque la 323e Compagnie de Reconnaissance puis, avec Rathburne, se rendit à Ulithi. Là jusqu'au 25, elle débarqua ses troupes sans opposition, puis se mit en route pour retourner à Hollandia. Arrivé le 28, il s'est déplacé à Manus le 29, a équipé ses bateaux d'engins de déminage, embarqué du personnel de déminage et, le 10 octobre, a navigué vers Leyte avec des unités du Mine Squadron 2.

Malgré le mauvais temps et les deux appendicectomies pratiquées à bord du navire, Sables arrivé aux abords du golfe de Leyte le 17. Le 18, elle a fermé l'île de Suluan a décollé des troupes de reconnaissance débarquées précédemment par Crosby, et les a transférés sur ce navire. Le 19, il s'est déplacé vers la zone d'assaut et a abaissé ses LCP(R) pour mener des opérations de dragage de mines en eau peu profonde. De 1155 à 1410, elle couvrit ses bateaux alors qu'ils balayaient les abords des plages Rouge et Blanche près de Tacloban. Enjambés, mais non touchés, par les batteries japonaises, les bateaux ont terminé leur mission et sont retournés à l'APD. Sables puis s'est déplacé vers les plages de Dulag, où ses bateaux ont effectué d'autres balayages en eau peu profonde.

Au cours de la nuit, Sables patrouillait dans le golfe de Leyte. Dans la matinée, elle est retournée dans la région de Tacloban pour y fournir un appui-feu. Dans l'après-midi, il s'est déplacé dans la région de Dulag dans le même but et, le 21, il est parti en route pour retourner en Nouvelle-Guinée.

En novembre, l'APD a effectué une course de réapprovisionnement et de renfort à Leyte et à l'arrière, puis s'est préparée à l'invasion de Luzon. Le 27 décembre, elle a quitté Hollandia pour le Palaus et Leyte. Le 2 janvier 1945, elle a dégagé la Baie de San Pedro. Le 4, la résistance aérienne japonaise commence. Le jour suivant, son groupe de tâche, 77.2, a fumé jusqu'à la côte de Luzon. Des avions japonais basés à terre ont de nouveau attaqué. Le 6, la force est arrivée au large du golfe de Lingayen et, malgré une précision kamikaze, les navires sont entrés dans le golfe et ont pris leurs postes. Sables, avec d'autres APD, ont bombardé l'île de Santiago. Le 7, elle a couvert les YMS pendant qu'ils effectuaient des balayages, puis a fermé les plages orange et verte pour couvrir les équipes de démolition sous-marine alors qu'elles éliminaient les obstacles de la zone d'atterrissage. Le 8, il rejoint la zone de transport où il reste, en patrouille, jusqu'au 13. Elle a ensuite pris la route pour Leyte et Ulithi.

L'APD est arrivé dans les Carolines occidentales le 24 et est resté jusqu'en février. Le 1er mars, elle a rejoint un convoi pour Iwo Jima est arrivé le 3ème a patrouillé par le 5ème et a navigué pour Saipan le 6ème, escortant des transports se retirant. Des Mariannes, elle a navigué vers les Salomon, la Nouvelle-Calédonie et les Amirautés, d'où elle est retournée à Ulithi pour escorter des renforts vers les Ryukyus. À la mi-juin, il avait terminé trois trajets vers la région d'Okinawa et avait commencé sa dernière traversée du Pacifique. Le 30, elle est arrivée à Pearl Harbor et, le 11 juillet, elle est revenue à San Diego.

Sables resté sur la côte ouest jusqu'à la fin des hostilités. Le 29 août, il s'embarqua pour Philadelphie, où il fut désarmé le 10 octobre 1945. Rayé de la liste de la Marine le 1 novembre, il fut vendu pour démolition à la Boston Metals Co., Baltimore, Maryland, le printemps suivant.

Sables (APD-13) a obtenu neuf étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


DD-243 Sables

Le premier Sands (nD-243) a été posé le 22 mars 1919 par la New York Shipbuilding Co., Camden, N.J. lancé le 28 octobre 1919 parrainé par Mlle Jane McCue Sands et mis en service le 10 novembre 1920, Ens. William D. Leahy en commandement temporaire.

Après la mise en service, Sands est resté à Philadelphie pour s'équiper pour le service européen. Le 22 novembre, le lieutenant M. L. Sperry, Jr., a relevé Ens. Leahy en tant que commandant temporaire, et, le 13 décembre, le Comdr. Robert L. Ghormley a pris le commandement. Le lendemain, le destroyer partit de Philadelphie et se rendit à Melville, R.I., pour un équipement de torpille, puis se rendit à New York. Le 3 janvier 1921, il s'embarqua pour l'Europe. Elle est arrivée à Brest le 16 et, pendant les sept mois suivants, a effectué des courses entre les ports français et britanniques. À la mi-août, elle a fumé pour la Baltique a fait escale à divers ports sur cette mer, malgré le danger toujours présent des mines et est revenue à Cherbourg le 27 septembre. Trois semaines plus tard, il dégage les côtes françaises et se dirige vers l'est de la Méditerranée et la région de la mer Noire. Là-bas, les combats entre Grecs et Turcs sur la côte d'Asie Mineure, entre Turcs et Arméniens sur le plateau anatolien et entre les forces rouges et blanches en Russie avaient créé un chaudron de haine, de maladie, de pauvreté et de famine.

Attribué à fournir un service d'expédition pour soutenir les efforts du Comité de secours américain et pour protéger les ressortissants et les intérêts américains, le Sands est arrivé à Constantinople occupé par les Alliés le 11 novembre. Neuf jours plus tard, il a fait le plein aux quais de Standard Oil à Selvi Bournu, puis a commencé sa première croisière. À la fin du décembre, elle a fumé de Samsoun et de Trébizonde, observant pendant que les Grecs ont été expulsés de ces régions. Après être revenu brièvement à Constantinople, elle a fumé à Alexandrette, d'où elle a continué à Cilicie troublée. Là, il fit escale à Mersin, site d'une mission américaine et d'un centre de distribution de secours, et resta pendant presque tout le mois de janvier 1922. Le 3 février, il était de retour à Constantinople et, le 8, il se dirigea vers Novorossisk. Du 8 au 19, il a soutenu les travaux de secours dans cette ville, puis s'est rendu à Samsoun où, avec une interruption pour récupérer une barge à la dérive près d'Inebole, il est resté jusqu'au 8 mars. Deux jours plus tard, elle est retournée à Constantinople et, le 18, elle s'est déplacée à Selvi Bournu pour aider aux efforts de lutte contre l'incendie dans la zone de stockage de pétrole. Les incendies maîtrisés, il regagne Constantinople et, le 22, se remet en route pour faire de nouveau escale à Mersin. Le 7 avril, il avait retransmis les Dardanelles et la mer de Marmora. Le 8 mai, elle traverse le Bosphore. Du 9 au 22, elle se trouve à Odessa, d'où elle passe à Théodosie, puis continue jusqu'à Novorossisk. Début juin, il est à Trébizonde et, le 4, il arrive à Samsoun où, pendant plusieurs jours, il quitte l'entrée du port alors que les forces grecques et turques échangent des tirs hostiles.

Sands est revenu à Constantinople le 9 juillet et a navigué peu après pour Gibraltar et les États-Unis. D'août à novembre, elle a subi une révision à Philadelphie. À la fin de décembre, elle avait rejoint la flotte de reconnaissance à New York et, le 3 janvier 1923, elle quitta cette ville pour des manœuvres hivernales dans les Caraïbes. En février, elle a participé à Fleet Problem I, un exercice conçu pour tester les défenses du canal de Panama. En mars et avril, il mène des opérations dans les Grandes Antilles et, en mai, il retourne sur la côte est. En juillet, après la révision, elle s'est dirigée au nord vers la côte de la Nouvelle-Angleterre. À l'automne, il a commencé ses opérations au large de la côte médio-atlantique et, en janvier 1924, il a de nouveau navigué vers le sud pour des manœuvres d'hiver.

Au cours de la décennie et dans les années 1930, Sands a maintenu un calendrier similaire. Le 10 novembre 1930, cependant, après avoir terminé des exercices au large du sud de la Nouvelle-Angleterre, il se rend à Philadelphie, où il commence l'inactivation. Il a été désarmé le 13 février 1931 et amarré à League Island jusqu'à ce qu'il soit commandé d'être activé à l'été 1932.

Recommandé le 21 juillet, le destroyer s'est déplacé à Norfolk et, en août, elle a navigué pour la côte ouest. Le 8 septembre, elle arrive à sa nouvelle base, San Diego. et a commencé ses opérations au large de la côte sud de la Californie. Avec la nouvelle année, 1933, elle a fumé à Hawaï pour des exercices de flotte et, à la mi-février, est revenue en Californie. Pendant le printemps, elle a opéré de la côte de Washington et, en juillet, elle a repris des exercices de San Diego. Trois mois plus tard, il rejoint le 20e Escadron de destroyers rotatifs et reste en réserve tout l'hiver. Activé en avril 1934, il rejoignit la division Destroyer 9 et se mit en route pour les exercices des Caraïbes et de la flotte. À la mi-novembre, il était de retour dans le sud de la Californie, où il resta, avec une interruption du Fleet Problem XVI dans le Pacifique Nord ( mai 1935) jusqu'en avril 1936. Il retourna ensuite sur la côte est, participa à des exercices dans les Caraïbes et au large de New Angleterre et retourna à San Diego en octobre. Pendant les deux années suivantes, elle a opéré principalement dans la région du sud de la Californie, avec des exercices dans les îles hawaïennes au printemps et à l'automne 1937 et au printemps 1938. À son retour en avril 1938, elle a opéré localement pendant l'été, puis a préparé pour l'inactivation.

Le Sands a été désarmé à San Diego le 15 septembre t938. En moins d'un an, cependant, la guerre éclata en Europe et le destroyer reçut l'ordre d'être activé pour le service de patrouille de neutralité.

Remis en service le 26 septembre 1939, le Sands a quitté la côte ouest le 13 novembre et, un peu plus d'un mois plus tard, a pris des fonctions de patrouille dans les Caraïbes. Elle y est restée jusqu'au printemps 1940, puis s'est déplacée vers le nord pour des missions de patrouille et d'escorte au large de la côte est, des caps de Virginie aux provinces maritimes. Avant la fin de l'année, il retourne dans le Pacifique et reprend ses opérations au large de la Californie.

Avec l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Sands a commencé le travail d'escorte côtière, qui s'est poursuivi jusqu'au printemps 1942. Puis, alors que les Japonais pénétraient dans les Aléoutiennes occidentales, elle s'est déplacée vers l'Alaska et, pendant l'été, a escorté des convois et effectué des patrouilles depuis le continent jusqu'aux ports des Aléoutiennes orientales.À l'automne, les Alliés prenaient l'offensive et Sands était nécessaire ailleurs pour une mission différente. Le 28 octobre, elle a navigué au sud. Deux jours plus tard, il a été rebaptisé APD-13 et, le 5 novembre, il est arrivé à San Francisco pour être converti en transport à grande vitesse.

Sands est parti de San Francisco le 21 décembre. Naviguant vers l'ouest, il atteint Pearl Harbor à la fin de l'année et mène des exercices jusqu'en janvier 1943, et le 8, il reprend sa traversée du Pacifique. Le 22, il arriva à Espiritu Santo et, en tant que transport et escorte, commença à déplacer des renforts et des fournitures dans la région de Guadalcanal-Tulagi. Le 29, il est détaché de ses fonctions à Tulagi et reçoit l'ordre d'accompagner le remorqueur Navajo (AT 64) vers Rennell Island pour aider Chicago (CA-29). Rendez-vous le lendemain matin, le remorqueur a pris le croiseur endommagé en remorque et Sands a rejoint l'escorte de Chicago de cinq destroyers dans un écran circulaire. Les huit navires commencèrent alors à se diriger vers Tulagi. À 16 h 20, la formation est attaquée par des avions lance-torpilles japonais. Navajo a commencé des manœuvres d'évitement. Les canons antiaériens sur Sands et les DD ont braqué les intrus. Mais Chicago a pris une autre torpille et, 20 minutes plus tard, a coulé.

Sands, avec neuf blessés par l'explosion d'un obus de 20 millimètres, ramassa plus de 300 survivants et partit pour Espiritu Santo. Arrivé le 1er février, il a mené des exercices amphibies du 4 au 10, achevant une autre course d'escorte vers Guadalcanal et de retour par le 14 et, le 15, avec plus de marines embarqués, il est retourné aux Salomon. Cinq jours plus tard, elle a quitté Tulagi pour se rendre à Koli Point et, le 21, elle est passée aux Russells. Cette nuit-là, il débarqua ses troupes d'assaut sans opposition puis retourna à Tulagi, d'où il effectua deux autres trajets de transport vers la zone d'assaut avant le 26.

Après l'occupation des Russell, Sands continue de transporter des troupes et du ravitaillement et d'escorter des convois dans la région Nouvelle-Calédonie-Nouvelles Hébrides-Solomons. Avec le printemps, elle a été transférée à la 7e force amphibie. Le 14 mai, il a quitté les Nouvelles Hébrides et, sur le 20tL, il est arrivé à Townsville en Australie, avec un convoi LST.

Au cours de l'été, elle a effectué des missions d'escorte et de patrouille le long de la côte du Queensland et a effectué de nombreuses courses pour déplacer les forces alliées jusqu'à et le long de la côte nord de la péninsule papoue. En septembre, les forces étaient prêtes à se déplacer contre les positions japonaises sur la péninsule de Huon et à contester le contrôle de l'ennemi sur les détroits de Vitiaz et de Dampier.

Le 2 septembre, Sands embarque des unités de la 9e division australienne, des vétérans du désert nord-africain et, deux jours plus tard, les fait débarquer à l'est de Lae. Le 5, il se retira, revenant quelques jours plus tard pour bombarder la garnison japonaise à Lae alors que les forces alliées fermaient ce village de la jungle et des mangroves. Au milieu du mois, elle a repris des devoirs de transport et d'escorte le long de la côte et, le 22, elle a débarqué des troupes juste au nord de Finschhafen.

Courses d'escorte en renfort et exercices amphibies le long de la côte, de Port Moresby à la péninsule de Huon et entre la Papouasie et les îles au large, occupées en octobre et novembre. Début décembre, à Goodenough Island, il charge des unités du 112th Cavalry Regiment pour l'assaut de la Nouvelle-Bretagne. Le 15, elle débarqua les troupes dans des bateaux de débarquement en caoutchouc qui devaient les emmener sur la péninsule d'Amalut. Les Japonais, cependant, ont ouvert le feu avant que les bateaux n'atteignent la plage. Les unités de couverture, ne sachant pas si les troupes avaient débarqué, retenaient le feu de peur de toucher les cavaliers. Douze des 15 bateaux, criblés de tirs japonais, ont coulé. La plupart des troupes survivantes ont nagé vers la mer. Sands et le destroyer d'escorte ont ouvert le feu pour réduire au silence les canons ennemis. La recherche de survivants a commencé, et tous sauf 16 ont été sauvés.

Onze jours plus tard, Sands retourna en Nouvelle-Bretagne pour un autre débarquement d'assaut. Le 26, elle a débarqué des marines au cap Gloucester, a fourni un appui-feu alors qu'ils s'éloignaient des plages, puis s'est retirée pour préparer sa prochaine cible, Saidor.

Le 1er janvier 1944, l'APD quitte à nouveau l'île de Goodenough avec des troupes d'assaut embarquées. Une unité du Groupe opérationnel 76.1, elle a transité par le détroit de Vitiaz cette nuit-là et, à 7 h 35 le 2, a débarqué les troupes sur la plage de Saidor, à 115 milles à l'ouest de Finschhafen. À 08h00, elle était hors de la zone de transport. Dans l'après-midi, il est retourné à Buna Roads et, jusqu'au milieu du mois, a fait des trajets entre là-bas et les caps Crétin et Sudest.

Le 18, Sands arriva à Sydney pour un bref répit. Le 28, elle est devenue en route pour revenir en Nouvelle-Guinée avec la cargaison et le personnel pour la Baie Milne, Buna et le Cap Sudest. Du 6 au 24 février, elle a accompli une autre course à Sydney, puis, le 27, a chargé des troupes au Cap Sudest pour le transport aux plages d'assaut à l'Île de Los Negros, Amirautés. Naviguant le 29, il a traversé la mer de Bismarck et est arrivé au large de la zone d'assaut peu après 7 h 30, le lendemain, a envoyé ses LCP(R) chargés vers la ligne de départ à 7 h 42, puis, lorsque les premières vagues ont atteint le rivage, a commencé les opérations d'appui-feu. À 8 h 35, les bateaux de Sands ont frappé la plage avec la vague 3D. Les tirs croisés intenses qui avaient attrapé les vagues précédentes se sont poursuivis à mesure qu'elles s'approchaient. Une mauvaise organisation sur la plage ralentissait le déchargement et aidait à la précision des défenseurs japonais. Sands a subi deux pertes, une tuée, une grièvement blessée, de ses équipages de bateau et a perdu son non. 1 bateau.

En milieu d'après-midi, l'APD a quitté la région de Los NegrosManus. En revenant au Cap Sudest, elle a chargé des renforts bien nécessaires le 3 mars et, le jour suivant, les a débarqués sur l'île contestée et a pris des pertes. Le 5, il est de retour au Cap Sudest, d'où il reprend le service d'escorte le long de la côte.

Début avril, Sands a entraîné des unités de l'armée à des exercices amphibies. Le 18, elle a embarqué des unités du 162d Infantry et est devenue en route pour la Baie de Humboldt. En fumant avec TG 77.2, le Groupe d'Attaque Central pour l'opération Hollandia, elle est arrivée dans la zone de transport tôt le matin du 22d. A 06h00 ses bateaux ont été abaissés et chargés. Cinq minutes plus tard, ils étaient en route vers la ligne de départ. À 7 h 35, ils sont revenus et ont été hissés à bord. L'APD a ensuite pris des fonctions d'appui au tir.

Le 24, le Sands est retourné au cap Cretin, puis s'est rendu au cap Sudest pour la disponibilité. En mai, elle a repris les courses d'escorte et de transport mais, au milieu du mois, les a interrompues pour retourner en Californie.

Après une révision à Alameda, le Sands transporta des passagers jusqu'à Pearl Harbor, y embarqua 126 hommes de la 81e Division de reconnaissance et arriva dans les Salomon le 24 août pour répéter l'opération Palau. Deux semaines plus tard, elle a fumé au nord-ouest, en arrivant dans la zone de transport de l'île Anguar le 15. Agissant comme réserve pour l'assaut de l'île Peleliu, il resta au large d'Anguar lors des premiers débarquements sur l'ancienne île. Au milieu de la matinée, elle s'est déplacée vers Peleliu pour soutenir les forces à terre. Le 17, il est revenu à Anguar et, le 18, a débarqué la compagnie de reconnaissance sur Red Beach. Le 19, elle est allée aux côtés de Harris à bord de la 323d Reconnaissance Company puis, avec Rathburne, s'est rendue à Ulithi. Là jusqu'au 25, elle débarqua ses troupes sans opposition, puis se mit en route pour retourner à Hollandia. Arrivé le 28, il s'est déplacé à Manus le 29, a équipé ses bateaux de matériel de dragage de mines, a embarqué du personnel de dragage de mines et, le 10 octobre, a navigué vers Leyte avec des unités du Mine Squadron 2.

Malgré le mauvais temps et deux appendicectomies qui ont été effectuées à bord du navire, Sands est arrivé dans les approches du golfe de Leyte le 17. Le 18, elle a fermé l'île de Suluan a décollé des troupes de reconnaissance débarquées précédemment par Crosby et les a transférées à ce navire. Le 19, il s'est déplacé jusqu'à la zone d'assaut et a abaissé ses LCP(R) pour mener des opérations de dragage de mines en eaux peu profondes. De 1155 à 1410, il a couvert ses bateaux alors qu'ils balayaient les approches des plages Rouge et Blanche près de Tacloban. Enjambés mais non touchés par les batteries japonaises, les bateaux ont terminé leur mission et sont retournés à l'APD. Sands s'est ensuite déplacé vers les plages de Dulag, où ses bateaux ont effectué d'autres balayages en eau peu profonde.

Pendant la nuit, Sands patrouillait dans le golfe de Leyte. Dans la matinée, elle est retournée dans la région de Tacloban pour y fournir un appui-feu. Dans l'après-midi, il s'est déplacé dans la région de Dulag dans le même but et, le 21, il est parti en route pour retourner en Nouvelle-Guinée.

Au cours du mois de novembre, l'APD a effectué une course de réapprovisionnement et de renfort à Leyte et à l'arrière, puis s'est préparée à l'invasion de Luzon. Le 27 décembre, elle a quitté Hollandia pour le Palaus et Leyte. Le 2 janvier 1945, elle a dégagé la Baie de San Pedro. Le 4, la résistance aérienne japonaise commença. Le jour suivant, son groupe de tâche, 77.2, a fumé jusqu'à la côte de Luzon. Des avions japonais basés à terre ont de nouveau attaqué. Le 6, la force est arrivée au large du golfe de Lingayen et malgré une précision kamikaze, les navires sont entrés dans le golfe et ont pris leurs postes. Sands, avec d'autres APD, a bombardé l'île de Santiago. Le 7, elle a couvert les YMS pendant qu'ils effectuaient des balayages, puis a fermé les plages orange et verte pour couvrir les équipes de démolition sous-marine alors qu'elles éliminaient les obstacles de la zone d'atterrissage. Le 8, elle s'est déplacée vers la zone de transport où elle est restée en patrouille, jusqu'au 13. Elle a ensuite pris la route pour Leyte et Ulithi.

L'APD est arrivé dans les Carolines occidentales le 24 et est resté jusqu'en février. Le 1er mars, elle a rejoint un convoi pour Iwo Jima est arrivé le 3ème a patrouillé par le 5ème et a navigué pour Saipan le 6ème, escortant des transports se retirant. Des Mariannes, elle a navigué vers les Salomon, la Nouvelle-Calédonie et les Amirautés, d'où elle est retournée à Ulithi pour escorter des renforts vers les Ryukyus. À la mi-juin, il avait terminé trois trajets vers la région d'Okinawa et avait commencé sa dernière traversée du Pacifique. Le 30, elle est arrivée à Pearl Harbor et, le 11 juillet, elle est revenue à San Diego.

Sands est resté sur la côte ouest jusqu'à la fin des hostilités. Le 29 août, il est parti pour Philadelphie, où il a été désarmé le 10 octobre 1945. Retiré de la liste de la Marine le 1er novembre, il a été vendu pour démolition à la Boston Metals Co., Baltimore, Maryland, le printemps suivant.


L'homonyme de l'USS Ramage a des liens locaux

Publié le 09 septembre 2016 19:49 | Mis à jour le 09 septembre 2016 21:26

Par Julia Bergman

En tant que journaliste militaire/défense de The Day, je m'efforce d'expliquer des problèmes complexes d'une manière que le citoyen ordinaire puisse comprendre. Chaque jour, je me penche sur les budgets de la défense, écrivant un article sur un ancien combattant local ou documentant l'impact des déploiements sur ceux qui restent. J'ai même passé deux nuits à bord d'un sous-marin.

En tant que journaliste militaire/défense de The Day, je m'efforce d'expliquer des problèmes complexes d'une manière que le citoyen ordinaire peut comprendre. Chaque jour, je me penche sur les budgets de la défense, écrivant un article sur un ancien combattant local ou documentant l'impact des déploiements sur ceux qui restent. J'ai même passé deux nuits à bord d'un sous-marin.

New London &# x2014 Lorsque l'USS Ramage (DDG 61) est arrivé à New London jeudi, il a apporté avec lui un morceau d'histoire locale.

L'homonyme du destroyer de la Marine, le vice-amiral Lawson P. Ramage, l'un des sous-mariniers les plus décorés de l'histoire des États-Unis, a plusieurs liens avec la région.

Après avoir servi plusieurs années sur des navires de surface, il a commencé à la Naval Submarine School à la mi-1935.

Il était lieutenant en poste à la base navale de sous-marins lorsqu'à midi le 2 novembre 1935, il épousa Barbara A. Pine de New London à l'église épiscopale St. James.

Le père de Pine, James Pine, était à l'époque directeur général de la Coast Guard Academy, poste qu'il a occupé à deux reprises. Il a ensuite été surintendant de l'académie de 1940 à 1947 et serait le premier officier général à occuper ce poste. Il a également contribué à l'obtention de la barque Eagle pour l'académie.

Un mois après leur mariage, le couple a navigué pour Honolulu, Hawaï, pour la prochaine mission de Ramage.

Le Ramage a servi sur le destroyer USS Sands (DD-243), l'USS Grenadier (SS-210), un sous-marin de la classe Tambor et le USS Trout (SS-202), également un sous-marin de la classe Tambor, parmi de nombreuses autres missions.

J. Deen Brown d'Oakdale a servi avec le Ramage on the Trout, dont il a pris le commandement en 1942 immédiatement après la bataille de Midway.

Brown était un radio qui avait déjà effectué deux patrouilles de guerre au moment où Ramage est monté à bord.

Il a rappelé le vif intérêt de Ramage pour les systèmes radar, sonar et radio du bateau, et comment, lorsque Ramage est monté à bord pour la première fois, Brown a passé du temps à "répondre à ses questions et à expliquer ce qui se passait".

Il était sociable et respecté de tous sur le navire, mais aussi "très, très agressif, à tel point qu'il nous faisait parfois dresser les cheveux sur la tête", a déclaré Brown.

"Mais il devait être comme ça. C'était la guerre", a-t-il ajouté.

Brown a servi avec le Ramage on the Trout pendant environ deux ans, dont cinq patrouilles de guerre, principalement en Asie et dans les îles du Pacifique Sud.

"Nous avons énormément souffert pendant cette période et c'est parce qu'au début de la guerre nos torpilles étaient défectueuses", a déclaré Brown. "Nous avons eu de telles opportunités lorsque nous étions sur le Trout de causer de gros dégâts à la marine japonaise, et très souvent nous avons échoué uniquement parce que quelque chose s'est mal passé sur les torpilles."

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Ramage a décidé qu'il voulait obtenir sa licence de radio HAM.

Brown, qui avait déjà sa licence, l'a aidé à étudier pour l'examen fédéral, et les deux sont restés en contact par radio HAM "même après les années de guerre", a-t-il déclaré.

Ramage est surtout connu pour une journée d'été en 1944 lorsqu'il a attaqué un convoi japonais lourdement armé alors qu'il commandait l'USS Parche (SS 384).

L'attaque, qui a duré 46 minutes, s'est soldée par le torpillage de cinq navires, dont trois ont coulé.

Tout au long de l'engagement avant l'aube, Ramage est resté seul sur le pont, dirigeant de nouvelles attaques sur l'ennemi et sauvant son navire de l'éperonnage et des tirs croisés.

Ses actions ce jour-là lui ont valu la Médaille d'honneur et une deuxième Croix de la Marine. Il a également reçu une médaille Silver Star après sa première patrouille de guerre à bord du sous-marin Grenadier.

Ramage aurait déclaré qu'il n'accepterait la médaille d'honneur que s'il pouvait accepter le prix au nom de son équipage.

Parche a remporté la Presidential Unit Citation.

"L'équipage était le premier. Nous le savions", a déclaré Ronald E. Williams de Mystic, qui, en tant que second machiniste, a rechargé les tubes lance-torpilles pendant la bataille.

Un autre marin qui a servi sur le Parche avec Ramage, Carl Kimmons de Waterford, est décédé début août.

Williams a déclaré que Ramage était à la fois un bon communicateur et un bon leader. Il a déclaré à The Day en 2004 qu'il ne pensait pas que Ramage était imprudent, mais plutôt qu'il avait une grande confiance en ses capacités.

Il a rappelé comment plus tard dans sa carrière, il voulait aller à la Nuclear Power School mais "ne faisait pas beaucoup de progrès". Il a appelé Ramage et le lendemain, il était présent, a déclaré Williams vendredi avec un sourire aux lèvres.

Ramage est revenu à Groton et à la sous-base plus tard dans sa carrière, d'abord en 1955 en tant que chef et assistant du commandant de la Force sous-marine de l'Atlantique, puis de nouveau en 1962 en tant que commandant adjoint de la Force sous-marine de l'Atlantique. À l'époque, il était contre-amiral.

Pour la deuxième fois, Brown se retrouverait au service de Ramage.

Brown, un chef à l'époque, était toujours dans les communications, en particulier la cryptographie.

La guerre froide battait son plein et il y avait "beaucoup d'appréhension" à propos de la Corée en plus de la Russie, a-t-il rappelé.

"Cela a nécessité énormément de planification, en particulier de la part des militaires", a déclaré Brown. "Il y avait beaucoup de communications en cours, dont la plupart étaient hautement confidentielles à l'époque."

Par la suite, Ramage a vécu dans la région de Washington, DC pendant un certain nombre d'années, et les deux se parlaient périodiquement via la radio HAM "presque jusqu'à ce qu'il se retrouve à l'hôpital en raison de sa santé", a déclaré Brown.

Ramage est mort d'un cancer en 1990. Il avait 81 ans.

En août 2010, la sous-base lui a dédié son siège social.

Le commandant actuel de l'USS Ramage, le Cmdr. Steven Liberty, a également des liens avec la région.

Ancien sous-marinier, Liberty a passé du temps à Groton en passant par la Basic Enlisted Submarine School et a été affecté à l'équipage d'or de l'USS West Virginia (SNLE 736) en tant que second machiniste de la division auxiliaire de 1992 à 1997.


Le Sands Space History Center, anciennement connu sous le nom de Air Force Space and Missile History Center, une extension du musée, est situé juste à l'extérieur de la porte sud de la station spatiale de Cap Canaveral.

Le centre d'histoire a été renommé en l'honneur du major-général Harry J. ‘Bud’ Sands Jr. qui avait initialement proposé la création d'un musée à la station spatiale de Cap Canaveral consacré à son histoire spatiale.

L'entrée est gratuite!

Étant donné que le centre d'histoire est situé juste à l'extérieur de la station spatiale de Cap Canaveral, aucun laissez-passer d'accès au Cap n'est requis. Le Centre d'histoire contient des informations et des affichages historiques pour chaque complexe de lancement (LC) de la station spatiale de Cap Canaveral. Pour visiter le reste de l'USAF Space & Missile Museum, vous pouvez planifier une visite et explorer notre site Web pour en savoir plus sur d'autres artefacts et l'histoire connexe.

Une boutique de souvenirs et des toilettes sont disponibles à l'intérieur du bâtiment. L'aire de pique-nique ombragée se trouve juste devant la porte du Centre d'histoire, alors apportez votre déjeuner et profitez de l'après-midi.


Sables DD-243 - Histoire

Documents (ca. 1890-2008, sans date) du vice-amiral Robert Lee Ghormley, membre de la classe de l'Académie navale américaine de 1906, y compris la correspondance, les commandes, les journaux intimes, les mémoires, les épreuves photographiques et les négatifs, les certificats et les commissions, les documents juridiques, imprimés formulaires, éphémères, albums de coupures, coupures de journaux, cartes, objets de musée, pancartes et affiches et publications liées à son éducation, sa vie familiale et personnelle, à Tacoma, Washington, Moscou, Idaho et Washington, DC sa carrière navale sa vie à la retraite, 1946-1958 et comprenant également des essais généalogiques et historiques compilés par son fils, le commandant Robert Lee Ghormley, Jr. (US Navy à la retraite). Le vice-amiral Ghormley a servi en Chine, au Nicaragua, pendant la Première Guerre mondiale et en Haïti. Entre les deux guerres mondiales, il a occupé plusieurs postes et a également été commandant du destroyer USS Sands et du cuirassé USS Nevada. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi en tant qu'observateur naval spécial du président Franklin D. Roosevelt en Europe, d'août 1940 à avril 1942, en tant que commandant de la zone du Pacifique Sud et de la Force du Pacifique Sud, et à la bataille de Guadalcanal et des îles Salomon, d'avril à octobre 1942. en tant que commandant du quatorzième district naval et de la frontière maritime hawaïenne, 1943-1944 et en tant que commandant des forces navales des États-Unis en Europe, 1944-1945.

Informations biographiques/historiques

Les Robert L. Ghormley Papers documentent la vie du vice-amiral Ghormley (1883-1958) depuis son enfance et ses études à Tacoma, Washington et Moscou, Idaho, jusqu'à sa carrière navale de 40 ans, jusqu'à sa retraite, à Washington, D.C.La collection contient une documentation très complète sur la carrière navale de Ghormley et sa vie personnelle, y compris la correspondance familiale, les dossiers biographiques et généalogiques, coupures et albums, écrits, journaux et journaux, dépêches, rapports et commandes, tirages photographiques et négatifs, cartes, formulaires imprimés , des documents surdimensionnés, notamment des cartes, des affiches et des plans, et des documents imprimés.

Membre de la classe de l'Académie navale américaine de 1906, Ghormley gravit rapidement les échelons de la marine. En tant que lieutenant, il commandait les forces navales américaines pendant la brève campagne nicaraguayenne de 1912. Pendant la Première Guerre mondiale, il servit en tant que lieutenant de pavillon du vice-amiral A. W. Grant, commandant de la Battle Force One basée en Angleterre. Après la guerre, il a servi comme directeur adjoint et plus tard comme directeur, Naval Overseas Transportation Services, dans le département de la Marine. Il a servi comme aide et lieutenant de pavillon à l'amiral Henry T. May et en tant que juge-avocat général adjoint, à la Cour d'enquête, pour enquêter sur les conditions en Haïti, en novembre - décembre 1920. Dans les années 1920, Ghormley a commandé le destroyer Sands (DD -243/APD-13) au cours d'une longue croisière de deux ans dans les eaux européennes, 1920-1922, il était officier responsable du personnel enrôlé au Bureau de la navigation, du ministère de la Marine, 1922-1923 et il était aide de l'assistant Secrétaire de la Marine, 1923-1925. De juin 1925 à septembre 1927, il est officier exécutif du cuirassé Oklahoma (BB-37). Puis, de septembre 1927 à mai 1930, il a été secrétaire du Conseil général de la marine. La Marine a promu Ghormley au grade de capitaine en 1929.

En mai 1930, Ghormley a été détaché et a reçu l'ordre de prendre ses fonctions en tant que chef d'état-major adjoint et officier des opérations de la flotte de l'amiral F. H. Schofield, qui était commandant de la force de combat de la flotte américaine, et plus tard commandant en chef de la flotte américaine. En septembre 1932, il est détaché de ce service et affecté en tant qu'officier responsable de la section tactique de la division de l'entraînement de la flotte au bureau du chef des opérations navales, département de la marine. En juin 1935, la Navy nomma Ghormley capitaine de l'USS Nevada (BB-36). Après un an en tant que capitaine du Nevada, en juin 1936, la marine a affecté Ghormley au poste de chef d'état-major adjoint et officier des opérations de la flotte de la flotte américaine sous les ordres de l'amiral A. J. Hepburn, qui était commandant en chef de la flotte américaine. En juin 1937, la Marine a affecté Ghormley au Naval War College de Providence, R.I. Il a obtenu son diplôme au printemps 1938. Suite à cela, en octobre 1938, la Marine l'a promu au grade de contre-amiral.

En août 1939, la Navy nomma Ghormley au poste de directeur de la division des plans de guerre au bureau du chef des opérations navales. En 1939, il devient chef adjoint des opérations navales. En août 1940, avant même l'entrée en guerre des États-Unis, le président Franklin D. Roosevelt nomma Ghormley son observateur spécial de la marine auprès de l'ambassade américaine à Londres. Le mois suivant, le président Roosevelt l'a promu au rang de vice-amiral. Les vice-amiraux, ou amiraux trois étoiles, sont supérieurs aux contre-amiraux, mais inférieurs aux amiraux dans la hiérarchie de la marine américaine. Les rapports secrets de Ghormley, inclus dans la collection, ont aidé à convaincre le gouvernement américain que la Grande-Bretagne maintiendrait son indépendance et vaincre le « Blitz » allemand. Il a ainsi joué un rôle important dans l'obtention de la victoire ultime des alliés lors de la Seconde Guerre mondiale.

En avril 1942, après l'entrée en guerre des États-Unis, Roosevelt nomme Ghormley commandant de toutes les forces américaines dans la zone du Pacifique Sud (SOPAC) et lui demande de planifier des opérations offensives contre le Japon. Malgré des pénuries critiques d'hommes et de fournitures, Ghormley, en tant que ComSoPac, a rapidement réorganisé les forces alliées dans la région, qui étaient en retraite constante depuis le 7 décembre 1941. Début août 1942, cela a entraîné l'invasion américaine de Guadalcanal dans les îles Salomon. , la première action offensive majeure entreprise par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale dans le théâtre du Pacifique. Les contre-attaques japonaises mutilent gravement les forces navales alliées protégeant les débarquements de la bataille de l'île de Savo et forcent Ghormley à retirer le gros de ses forces navales des environs. Dans les mois qui ont suivi, les Marines américains qui tentaient de prendre Guadalcanal et les forces navales américaines qui tentaient de les soutenir ont subi un certain nombre de défaites et de nombreuses pertes. Estimant que Ghormley était devenu trop « pessimiste », l'amiral Chester Nimitz le remplaça, en octobre 1942, par l'amiral William Halsey. Une lettre de la collection révèle que Nimitz craignait que Ghormley soit au bord de la dépression nerveuse. La collection contient un vaste trésor de correspondance, de dépêches, de journaux, de rapports et de transcriptions d'entretiens relatifs aux actions de Ghormley en tant que commandant de la SOPAC. Les enquêtes navales et du Congrès ont révélé que Ghormley était innocent de tout acte répréhensible et il a servi tout au long de la guerre dans des postes de grande responsabilité.

Il a ensuite été commandant du 14e district naval et de la frontière maritime hawaïenne de février 1943 à octobre 1944. De novembre 1944 à décembre 1945, Ghormley a été commandant des forces navales américaines en Europe où il a supervisé la destruction des forces navales allemandes et a participé dans les premiers stades du gouvernement militaire de l'Allemagne. Il participe à la Conférence tripartite de 1945. Lorsqu'il quitte l'Allemagne, en décembre 1945, il a passé moins d'un mois aux États-Unis depuis août 1940.

Ghormley a pris sa retraite de la Marine en 1946 et est retourné chez lui à Washington, D.C. Il est décédé en 1958 et a été enterré au cimetière national d'Arlington.

Portée et disposition

Les Robert L. Ghormley Papers restent généralement dans leur ordre d'origine, sauf que ce référentiel a associé certains volumes de manuscrits surdimensionnés, des volumes imprimés et d'autres documents surdimensionnés à des boîtes et des dossiers surdimensionnés. Le personnel du dépôt a subdivisé ces documents en 8 séries, avec des sous-séries et des sous-sous-séries selon l'ordre et le format d'origine. Ghormley classe ses papiers dans plusieurs séries qui se chevauchent, y compris les fichiers Family, Personal et Navy. Cependant, des articles officiels de la Marine apparaissent fréquemment dans ses dossiers familiaux et personnels et vice versa. Ses dossiers de la Marine comprennent également les journaux et la correspondance de sa vie sociale et privée tenus et organisés par son personnel officiel. Ghormley, lui-même, semble avoir réorganisé une partie de ce matériel dans le processus d'écriture de son histoire de "Operation Pestilence", la campagne des Îles Salomon de 1942.

La série 1 se compose de correspondance, principalement entre l'amiral Ghormley et sa fiancée Lucile E. Lyon, de Kansas City, Missouri, au cours de la période 1905-1911. Ils se sont mariés en 1912 et il a continué la correspondance tout au long de leur vie conjugale quand ils étaient séparés. Cette correspondance comprend également un certain nombre de lettres de tiers adressées à Mme Ghormley. En plus des questions familiales et personnelles, la correspondance de Ghormley comprend la correspondance juridique, fiscale et financière. Pendant les premières années de la Dépression, par exemple, Mme Ghormley écrivait fréquemment à son mari au sujet de leur portefeuille financier en déclin. Ghormley, pour sa part, était perpétuellement inquiet pour la santé et le bien-être de sa femme. Elle était souvent en mauvaise santé. Pendant la crise dans le Pacifique Sud, lorsque le sort de la Seconde Guerre mondiale était en jeu, Ghormley écrivait fréquemment au sujet de sa santé et de son bien-être et s'inquiétait lorsqu'il ne savait pas qu'elle allait bien. Cette série comprend également un manuscrit anonyme manuscrit intitulé « La conscription en Europe » datant probablement de la période d'avant la Première Guerre mondiale, qui décrit l'impact des armées nationales sur les peuples d'Europe.

La série 1 contient également une sous-série de correspondances diverses qui comprend des lettres que Ghormley a reçues et des copies de lettres qu'il a envoyées à une grande variété de personnes à travers le monde. Beaucoup d'entre eux sont des lettres de remerciement d'officiers de l'armée et de la marine, d'hommes d'affaires, de représentants du gouvernement, d'amis et de parents. Nombreuses sont les lettres de voyageurs qui ont croisé le chemin de Ghormley à ses différents postes.

La série 1 comprend également une sous-série de correspondance personnelle qui comprend des lettres de plusieurs personnes du même genre dans la sous-série de correspondance diverse. Une lettre est que cette sous-série est de D. O. Ghormley, le père de l'amiral Ghormley, qui était missionnaire presbytérien à Tacoma, Washington en 1916. Elle comprend de nombreuses informations sur les conditions économiques et politiques dans le nord-ouest du Pacifique. Cependant, il comprend également une masse de messages de félicitations qu'il a reçus après avoir obtenu sa promotion au poste de contre-amiral en décembre 1938. Il comprend également de la correspondance avec d'autres officiers de marine concernant les nominations et les promotions. Cette sous-série comprend des lettres reçues et envoyées de tous ses postes pendant la Seconde Guerre mondiale.

La série 2 comprend les dossiers officiels de la Marine de Ghormley, y compris des sous-séries telles que la correspondance, divers, Naval War College, Orders, Southern Pacific Area and South Pacific Force Command [SOPAC] et d'autres dossiers liés à ses diverses affectations tout au long de sa carrière. Les dossiers de la SOPAC contiennent également des sous-sous-séries relatives aux actions de Ghormley entre avril et octobre 1942 dans le cadre de l'opération Pestilence et se concentrent sur les batailles navales de l'île de Savo et de Guadalcanal en août, septembre et octobre 1942, et sur les différentes enquêtes de la marine et du Congrès qui ont suivi les Campagne des Îles Salomon, 1942-1946. La sous-série SOPAC comprend ses dépêches secrètes, des rapports de condition physique sur ses officiers, des albums de coupures et ses journaux quotidiens. Sont également inclus une histoire manuscrite de la SOPAC que Ghormley a écrite et plusieurs ébauches préliminaires. Une sous-série distincte documente le service ultérieur de Ghormley en tant que commandant du 14e district naval et de la frontière maritime hawaïenne, de février 1943 à octobre 1944, et en tant que commandant des forces navales américaines en Europe où il a servi de novembre 1944 à décembre 1945. Ces deux missions étaient importantes. À Hawaï, Ghormley était responsable de l'administration de la base arrière principale de la Marine pendant la guerre du Pacifique. Il était chargé d'assurer la bonne circulation des hommes et du matériel vers les hommes et les navires sur le front. À ce poste, il a accueilli une conférence critique en 1944 entre le président Roosevelt, le général Douglas MacArthur et l'amiral Chester W. Nimitz qui a déterminé le cours futur de la guerre dans le Pacifique. En tant que commandant des forces navales américaines en Europe pendant les derniers jours de la Seconde Guerre mondiale, Ghormley était principalement responsable du maintien du flux d'hommes et de matériel en provenance d'Angleterre et des États-Unis vers les armées du continent. Basé à Londres jusqu'en juin 1945, il voyagea fréquemment sur le continent et était enneigé en Allemagne lorsque la bataille des Ardennes éclata en décembre 1944. En juillet 1945, Ghormley déplaça son quartier général à Brême puis à Berlin, où il était le plus haut -officier de marine américain en Allemagne. Il a participé au premier gouvernement militaire des puissances de l'Axe vaincues et a aidé à diviser la marine allemande parmi les vainqueurs. Les articles de cette série comprennent plusieurs exemples de papier à en-tête personnel d'Adolph Hitler et de papier à en-tête officiel de l'état-major de la marine allemande. Il a même tenté de sécuriser un yacht capturé pour l'usage des aspirants à Annapolis. Il a également assisté à la conférence tripartite d'officiers américains, britanniques et russes qui a tenté de créer une solution de travail pour le gouvernement d'après-guerre de l'Allemagne. En outre, il a mené une enquête sur la réorganisation allemande de la marine pendant la Seconde Guerre mondiale dans laquelle ils ont placé la marine allemande sous le contrôle global du haut commandement de l'armée. Au cours de ses derniers mois en Allemagne, il a commencé à faire des plans pour prendre sa retraite au début de 1946. La santé de Ghormley s'était détériorée pendant la guerre et ses dossiers médicaux de cette période montrent que même s'il n'a montré aucun effet néfaste continu de l'ablation d'un rein avant la guerre, il souffrait d'arthrite de plus en plus grave, surtout aux genoux. En conséquence, il a pu obtenir une retraite sur la base d'une incapacité physique.

La série 3 comprend des documents relatifs aux années de retraite de Ghormley. Il comprend sa citation de la Médaille du service distingué, son doctorat honorifique de l'Université de l'Idaho, des demandes d'autographes ou de photographies de collectionneurs et de passionnés d'histoire, des lettres de référence d'emploi qu'il a envoyées au nom de ses anciens officiers d'état-major et ses dossiers de sécurité sociale.

La série 4 se compose de documents compilés et écrits par le fils de l'amiral Ghormley, le commandant Robert Lee Ghormley Jr. Cette série comprend des informations biographiques sur son père, y compris des nécrologies et des informations sur les funérailles. Il comprend également la correspondance du commandant Ghormley avec l'amiral de la flotte Chester W. Nimitz concernant les raisons pour lesquelles Nimitz a relevé le vice-amiral Ghormley de son commandement de la SOPAC en octobre 1942. La lettre manuscrite de Nimitz explique qu'il a estimé que Ghormley était au bord d'une « dépression nerveuse " à l'époque. Il comprend également deux volumes compilés par le commandant Ghormley concernant la carrière de son père. Le premier est une chronologie du service de l'amiral Ghormley en tant qu'observateur naval à Londres, 1940-1942. Le commandant Ghormley a compilé ce document à partir de la correspondance et d'autres fichiers de la collection. La seconde est une généalogie de la famille Ghormley intitulée « Vice-amiral Robert Lee Ghormley and Family O'Gormley, Or, Three Martlets Gules, Two and One » qui fait référence aux armoiries de la famille Ghormley. Le commandant Ghormley a compilé le document généalogique principalement à partir de matériaux ne faisant pas partie de la collection. En plus de ces documents, cette série comprend également un long mémorandum que le commandant Ghormley a écrit « pour mémoire » en 1961 intitulé « Conditions d'approvisionnement de l'Antarctique en février 1961 ». Le mémorandum documente les mauvaises conditions d'approvisionnement qui prévalaient alors à la station de la Marine McMurdo Sound en Antarctique.

La série 5 se compose de tirages photographiques et de négatifs qui documentent la vie, la famille et la carrière de Ghormley de 1890 à 1958. Tous les tirages sont en noir et blanc. Le personnel du dépôt les a classés par ordre chronologique. Les tirages photographiques qui datent du service de Ghormley en tant que commandant des forces navales américaines en Europe, novembre 1944 - décembre 1945, sont particulièrement significatifs.

La série 6 se compose de volumes de manuscrits, y compris ses journaux quotidiens reliés de la Première Guerre mondiale à la Seconde Guerre mondiale. Il comprend également un certain nombre d'albums comprenant des photographies, des manuscrits, des documents imprimés et des documents éphémères. Le premier documente la visite de Ghormley à Cuba au début des années 1920, un autre documente son service en tant qu'observateur spécial de la marine à Londres et en tant que commandant de la SOPAC et du quatorzième district naval à Hawaï. Il comprend également un grand album documentant la croisière de deux ans de Ghormley aux commandes de l'USS Sands en 1921-1922 et après. La croisière l'a emmené de la mer Baltique à la mer Noire. Il a été témoin du bombardement grec de la ville anatolienne de Smyrne [aujourd'hui Izmir, Turquie] en 1922. L'album contient des documents en arabe, danois, français, grec, russe, suédois et turc ainsi qu'en anglais.

La série 7 comprend des documents imprimés qui n'étaient pas associés à des documents manuscrits. Le personnel du dépôt a divisé cette série en sous-séries de livres, de brochures et de réimpressions et de périodiques. La sous-série de livres comprend une copie du Lucky Bag de 1906, l'annuaire Annapolis de Ghormley. Les livres comprennent également plusieurs volumes de manuels de reconnaissance de la marine utilisés pour identifier les avions militaires et les navires de guerre des divers pays combattants pendant la Seconde Guerre mondiale. Il comprend également la publication du 20e anniversaire de l'USS Nevada datant de l'époque où Ghormley commandait le cuirassé en 1936.

La série 8 se compose de matériaux surdimensionnés. Le personnel du référentiel l'a arrangé selon le format. La sous-série 1 se compose de journaux et de coupures surdimensionnés. La sous-série 2 comprend des objets de musée et des tirages photographiques. L'élément de musée de cette série est le drapeau à trois étoiles du VADM Ghormley. Les photographies consistent principalement en des portraits d'officiers et de navires avec lesquels Ghormley a servi. La sous-série 3 comprend des cartes, des graphiques et des plans. Plus particulièrement, il comprend une carte des principales zones de combat pendant la campagne de Salomon indiquant les zones d'atterrissage et les missions d'appui-feu. Il comprend également un dessin architectural de la résidence d'un officier sur l'île Johnston. Il comprend également un graphique montrant la production de sucre à Hawaï et une carte montrant les principales régions productrices de sucre à Hawaï. La sous-série 4 comprend des commissions et des diplômes et comprend toutes les commissions navales de Ghormley et son diplôme universitaire naval. La sous-série 5 se compose de panneaux et d'affiches britanniques de la Seconde Guerre mondiale que Ghormley a acquis lorsqu'il servait en tant qu'observateur spécial de la marine à Londres en 1940-1942. Le personnel du dépôt a organisé ces documents en sous-séries selon le thème. Les Britanniques ont publié les affiches et les pancartes pour sensibiliser aux problèmes de sécurité nationale et ont averti les citoyens britanniques de « Keep Mum » et de ne pas s'engager dans des « Parlers négligents » qui pourraient révéler des secrets à l'ennemi. Les affiches sont dans un état fragile et beaucoup sont déchirées et montrent des signes d'affichage public, y compris des trous de punaise.

Note aux chercheurs : des parties de la collection, en particulier les matériaux surdimensionnés, sont fragiles, cassants, endommagés ou nécessitent une conservation et peuvent ne pas être disponibles pour la recherche à tout moment.

Informations administratives
Historique de la conservation

18 novembre 2009 , (non traité) 5 757 articles, 14,0 pieds cubes Documents (ca. 1890-2008, sans date) du vice-amiral Robert Lee Ghormley, membre de la classe de l'Académie navale américaine de 1906, y compris la correspondance, les ordres, les journaux intimes, les mémoires , tirages photographiques et négatifs, certificats et commissions, documents juridiques, formulaires imprimés, éphémères, albums de coupures, coupures de journaux, cartes, objets de musée, affiches et affiches, et publications liées à son éducation, sa famille, sa vie personnelle, à Tacoma, Washington, Moscou, Idaho et Washington, DC sa carrière navale, y compris son premier service en Chine, au Nicaragua, la Première Guerre mondiale, en Haïti, & son service dans les services de transport naval outre-mer du ministère de la Marine son commandement du destroyer USS Sands (DD- 243 / APD-13) en 1921-1923 son service au Navy Board, 1927-1930 au bureau du chef des opérations navales, 1932-1935 son commandement du cuirassé USS Nevada (BB-36), 1935-1937 son fréquentation du Navy War College, 1937-1938 son application pommade en tant que directeur de la division des plans de guerre au bureau du chef des opérations navales, 1939-1940 et surtout son service pendant la Seconde Guerre mondiale en tant que président Franklin D.Observateur naval spécial de Roosevelt en Europe, août 1940-avril 1942 en tant que commandant de la zone du Pacifique Sud et de la Force du Pacifique Sud et de la bataille de Guadalcanal et des îles Salomon, d'avril à octobre 1942 en tant que commandant du quatorzième district naval et de la frontière maritime hawaïenne, 1943 -1944 en tant que commandant des forces navales des États-Unis en Europe, 1944-1945 et sa vie à la retraite, 1946-1958, comprenant également des essais généalogiques et historiques compilés par son fils, le commandant Robert Lee Ghormley, Jr. (US Navy à la retraite), etc. Voir inventaire préliminaire ci-joint. 26 boîtes et 5 dossiers surdimensionnés. 5 757 articles. 15 114 p. (environ 14,0 pieds cubes) Recd. 23/09/2009 Donateur : Robert Lee Ghormley, Jr. (US Navy à la retraite)

8 juillet 2011 , (ajout non traité #1), papiers de 1,0 pied cube (1891-1956), y compris les bulletins scolaires de Robert L. Ghormley, des lettres de Ghormley à sa femme et à d'autres ainsi que de la correspondance supplémentaire, son discours d'ouverture à la Université de l'Idaho (1946), photographies, documents juridiques, notes généalogiques, coupures de journaux et disques compacts contenant des informations sur la carrière navale de Ghormley et des photographies de membres des familles Banks, Dyer, Ghormley et Lyon. Reçu le 14/10/2010. Donateur : Robert Lee Ghormley, Jr. (US Navy à la retraite)

3 mars 2015 , (ajout non traité #2), 11,0 pieds cubes Sont inclus des livres, de la correspondance (1938-1960), des manuscrits, des albums de photographies, des photographies détachées et un album de coupures. Les livres ont été inscrits par les auteurs Samuel Eliot Morison et John Miller et l'illustrateur Capt. Bob Needham Les manuscrits du vice-amiral Ghormley comprennent ses mémoires et la correspondance est signée par le brigadier. Le général G.C. Marshall, les amiraux Nimitz, Joy and Pound et Winston Churchill. Les albums de photographies documentent la carrière navale de Ghormley, en particulier la Seconde Guerre mondiale dans le théâtre du Pacifique (1943-1944), les photographies libres sont inscrites par le général Pershing, les présidents Warren Harding et Franklin D. Roosevelt et l'album (1906-1910) documente les premiers services de Ghormley à bord de la marine. croiseurs après l'obtention du diplôme en 1906 de l'US Naval Academy. Reçu le 20/06/2014. Don de Nancy Ghormley Hunkeler, Anne Ghormley Kramer et Louise Ghormley Lamb, petites-filles du vice-amiral Robert L. Ghormley, de la succession de leurs parents Robert L. Ghormley, Jr. et de son épouse Nancy S. Ghormley.

Source d'acquisition

Don de Robert Lee Ghormley Jr. (US Navy à la retraite)

Don de Louise Ghormley Agneau

Don de Nancy Ghormley Hunkeler

Don d'Anne Ghormley Kramer

Traitement des informations

Encodé par Jonathan Dembo, 18 novembre 2009.

Inventaire préliminaire par Jonathan Dembo, Krystal Cook et Saundra Pinkham, 18 novembre 2009, et Allison Miller, 2014.


Histoire de Sands, écusson familial et armoiries

Sands est un nom d'origine anglo-saxonne ancienne et vient de la famille ayant vécu dans toute la Grande-Bretagne ancienne car le nom signifie littéralement " habitant sur un sol sablonneux ou près des sables ". [1] [2]

« Le vocable sable se trouve dans la composition de nombreuses localités, mais les noms de famille Sand, Sands peuvent signifier un messager, un envoyé de l'allemand tenden, Goth, sandjan, anglo-saxon sendan. » [3]

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Sands

Le nom de famille Sands a été trouvé pour la première fois dans le Surrey où William de Sandes figurait dans la Curia Regis Rolls de 1205. Quelques années plus tard, Walter de la Sonde a été retrouvé dans les Feet of Fines pour Surrey en 1248, et plus tard encore, Andrew atte Sonde a été enregistré dans le Subsidy Rolls pour le Sussex en 1296. Parmi les autres premières entrées, citons : Reginald del Sond dans le Suffolk en 1298, Thomas Attensandes dans le Subsidy Rolls pour le Yorkshire en 1301 et Gilbert del Sandes dans le Curia Regis Rolls pour Cumberland en 1332. [1 ]

L'un des premiers enregistrements de la famille était John Sandale (ou Sandall), de Wheatley à Long Sandale, Yorkshire. Il était Lord High Treasurer (1310-1311) et (1314-1318). Plus tard, il fut évêque de Winchester (1316-1319.) [4]

De nombreuses familles ont été rattrapées par la tourmente religieuse de l'époque et cette famille ne faisait pas exception dans le Gloucestershire. « Le premier qui a été appelé à verser son sang était le révérend John Sands, ou Sandys. Ordonné prêtre à Reims, il entra en mission d'Angleterre en 1584. Travaillant avec diligence dans l'œuvre du ministère, il fut appréhendé et bientôt condamné à la mort d'un traître, pour son caractère sacerdotal. Paul Tracye, de Stanwey, alors shérif du comté, assista à son exécution barbare à Gloucester le 2 août 1586. » [5]

Walter atte Sond était huissier de Yarmouth, Norfolk en 1335 et à peu près à la même époque, "Earl Sondes possédait un grand domaine à Norfolk." [6]

Dans le nord de l'Angleterre, nous avons trouvé Johannes del Sandes répertorié dans le Yorkshire Poll Tax Rolls de 1379 et les Estates and Families of Cumberland, Cumberland comprenait une entrée pour Thomas del Sandes, 16 Richard II (au cours de la seizième année du règne du roi Richard II.) [ 7]

Plus au nord en Ecosse, la famille est venue « des terres de Sands dans la paroisse de Tulliallan à Fife, qui en 1494 étaient en possession de Thomas Sands et de sa mère, Isobel Hudson. John Sands était aumônier à Polkelly en 1487, Thomas Sandis de cet Ilk était locataire dans le quartier des terres de Lurg près de Culross, 1587." [8]


Le premier USS Sands (DD-243/APD-13) était un destroyer de classe '''Clemson'' dans la marine des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Unionpedia est une carte conceptuelle ou un réseau sémantique organisé comme une encyclopédie – un dictionnaire. Il donne une brève définition de chaque concept et de ses relations.

Il s'agit d'une carte mentale géante en ligne qui sert de base aux schémas conceptuels. Son utilisation est gratuite et chaque article ou document peut être téléchargé. C'est un outil, une ressource ou une référence pour l'étude, la recherche, l'éducation, l'apprentissage ou l'enseignement, qui peut être utilisé par les enseignants, les éducateurs, les élèves ou les étudiants pour le monde académique : pour l'école, primaire, secondaire, lycée, collège, diplôme technique, diplômes collégiaux, universitaires, de premier cycle, de maîtrise ou de doctorat pour des articles, des rapports, des projets, des idées, de la documentation, des sondages, des résumés ou des thèses. Voici la définition, l'explication, la description ou la signification de chaque significatif sur lequel vous avez besoin d'informations, et une liste de leurs concepts associés sous forme de glossaire. Disponible en anglais, espagnol, portugais, japonais, chinois, français, allemand, italien, polonais, néerlandais, russe, arabe, hindi, suédois, ukrainien, hongrois, catalan, tchèque, hébreu, danois, finnois, indonésien, norvégien, roumain, Turc, vietnamien, coréen, thaï, grec, bulgare, croate, slovaque, lituanien, philippin, letton, estonien et slovène. Plus de langues bientôt.

Toutes les informations ont été extraites de Wikipedia et sont disponibles sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike.

Google Play, Android et le logo Google Play sont des marques déposées de Google Inc.


Voir la vidéo: Issa, enfant des sables par Raphaëlle