Sabre

Sabre


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Sabre

Le sabre est une épée à une main conçue pour couper avec une lame incurvée qui a pour la plupart un seul tranchant, mais qui a une partie inférieure de la lame souvent plus large à double tranchant. Une lame incurvée offre un effet de coupe accru et également un tranchant plus long par rapport à une épée à lame droite. Les origines du sabre proviennent des cavaliers nomades tels que les Mongols, et ont été associés à travers l'histoire aux cavaliers. les premières preuves archéologiques datent des Avars du 6ème siècle qui ont attaqué les empires franconien et byzantin. Avec leur défaite, le sabre semble disparaître pour revenir deux siècles plus tard avec les tribus hongroises. L'utilisation généralisée du sabre dans l'empire turc du 14ème siècle a apporté à l'arme une plus grande renommée et une utilisation généralisée. A partir du 16ème siècle, il est devenu associé à la cavalerie légère et cette association allait se poursuivre pendant les guerres napoléoniennes où les sabres étaient utilisés par la cavalerie légère comme les dragons légers et les hussards et sont devenus un symbole de statut social dans de nombreux pays d'Europe de l'Est et pendant un certain temps en Russie. Le sabre est resté en service pendant un temps considérable et a ensuite été considéré comme une arme d'officier avec un sabre d'infanterie distinct évoluant.

Chat à dents de sabre

UNE chat à dents de sabre (autrement orthographié chat à dents de sabre [1] ) est tout membre de divers groupes éteints de mammifères prédateurs caractérisés par de longues canines incurvées en forme de sabre qui dépassaient de la bouche lorsqu'elles étaient fermées. Les chats à dents de sabre ont été trouvés presque dans le monde entier de l'époque éocène à la fin de l'époque pléistocène il y a 42 millions d'années (mya) - il y a 11 000 ans (kya). [2] [3] [4]

L'un des genres les plus connus est Smilodon, dont les espèces, en particulier S. fatalis, sont communément, mais à tort, appelés « tigres à dents de sabre ». Cependant, l'utilisation du mot chat est dans certains cas un terme impropre, car de nombreuses espèces appelées "chats" à dents de sabre ne sont pas étroitement liées aux chats modernes (Felidae). Au lieu de cela, de nombreux membres sont classés dans différentes familles de Feliformia, telles que Barbourofelidae et Nimravidae [5] les genres oxyaenid "creodont" Machaeroides et Apataelurus et deux lignées éteintes de mammifères métathériens, les thylacosmilides de Sparassodonta et les deltathéroïdiens, qui sont plus étroitement liés aux marsupiaux. À cet égard, ces mammifères à dents de sabre peuvent être considérés comme des exemples d'évolution convergente. [6] Cette convergence est remarquable en raison non seulement du développement de canines allongées, mais aussi d'une suite d'autres caractéristiques, telles qu'un large écartement et des membres antérieurs volumineux, qui sont si cohérents qu'on l'a appelée la "suite des dents de sabre". " [7]

Parmi les lignées féliformes, la famille des Nimravidae est la plus ancienne, entrant dans le paysage vers 42 millions d'années et s'éteignant vers 7,2 millions d'années. Les Barbourofelidae sont entrés vers 16,9 millions d'années et se sont éteints vers 9 millions d'années. Ces deux-là auraient partagé certains habitats.


Sky Saber est un missile de défense ponctuelle et de défense locale conçu pour répondre à des attaques de missiles sophistiquées et a la capacité de se défendre contre les attaques à saturation de missiles de croisière antinavires supersoniques, d'avions et d'autres cibles hautes performances. [7] Il le fait via plusieurs canaux de tir, offrant une couverture simultanée à 360 degrés et des degrés élevés de maniabilité. MBDA déclare que Sky Saber a une « cadence de tir élevée contre plusieurs cibles simultanées », [23] offrant des capacités comparables au missile Aster 15.

Sur terre, le CAMM est connu sous le nom de Land Ceptor par l'armée britannique et l'ensemble du système de défense aérienne terrestre est connu sous le nom de Sky Sabre. Ε] Le système a plus de trois fois la portée de son prédécesseur Rapier. Ζ]

Pour les clients internationaux, MBDA commercialise les "Enhanced Modular Air Defense Solutions (EMADS)". Il s'agit d'un système de défense ponctuelle et de zone à déploiement rapide conçu pour protéger les actifs mobiles et statiques de grande valeur. Il offre une protection par tous les temps contre les cibles aériennes, y compris les menaces de terrain bas et de haute altitude. Chaque lanceur EMADS est évolutif et peut transporter plusieurs missiles CAMM ou CAMM-ER tout en étant mobile avec une capacité tout-terrain. Le système fournit à l'EMADS des informations de ciblage préalables au lancement basées sur les données de suivi d'un capteur radar approprié. Η] ⎖]


Communiqués de presse

Sabre s'associe à GOPASS Global pour atténuer les risques de voyage tout en augmentant la confiance en voyage

SOUTHLAKE, Texas – 15 juin 2021 – Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), l'un des principaux fournisseurs de logiciels et de technologies qui alimente l'industrie mondiale du voyage, s'est associé à la plateforme de gestion des risques liés aux voyages GOPASS Global pour l'aider à mettre en place sa biosécurité COVID-19 révolutionnaire. risque.

Sabre Montevideo met davantage l'accent sur la technologie pour apporter de la valeur à l'écosystème du voyage

MONTEVIDEO, Uruguay – 9 juin 2021 – Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), l'un des principaux fournisseurs de logiciels et de technologies qui alimente l'industrie mondiale du voyage, a annoncé aujourd'hui la croissance du centre de Montevideo, ajoutant des rôles de développement technologique – une étape importante.

ITL World choisit Sabre pour déployer sa stratégie technologique

SOUTHLAKE, Texas et DUBAI, Émirats Arabes Unis – 7 juin 2021 – Société de gestion de voyages primée avec des opérations dans le CCG et l'Inde, ITL World a signé un nouvel accord pluriannuel avec Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), le logiciel leader.


Sabre Corporation (SABR)

Le partenariat de Sabre (SABR) avec GOPASS aidera les agents de voyages au sein de son système de distribution mondial à voir le risque de biosécurité de chaque option de voyage découlant de la pandémie de COVID-19.

Placez un sac sur le rétroviseur de votre voiture lorsque vous voyagez

Brilliant Car Cleaning Hacks Les concessionnaires locaux aimeraient que vous ne le sachiez pas

Sabre s'associe à GOPASS Global pour atténuer les risques de voyage tout en augmentant la confiance en voyage

Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), l'un des principaux fournisseurs de logiciels et de technologies qui alimente l'industrie mondiale du voyage, s'est associé à la plate-forme de gestion des risques liés aux voyages GOPASS Global pour aider à fournir ses capacités d'analyse des risques de biosécurité COVID-19 révolutionnaires à l'industrie du voyage.

Sabre se fraye un chemin vers une référence technique clé

La cote de force relative (RS) de Sabre est entrée dans un nouveau centile vendredi, passant de 68 à 76. Lorsque vous recherchez les meilleures actions à acheter et à surveiller, un facteur à surveiller de près est la force relative des prix. Voyez si Sabre peut continuer à afficher une force de prix renouvelée et atteindre cette référence.

Sabre (SABR) en hausse de 18,6 % depuis le dernier rapport sur les résultats : cela peut-il continuer ?

Sabre (SABR) a publié ses bénéfices il y a 30 jours. Quelle est la prochaine étape pour le stock ? Nous examinons les estimations de revenus pour quelques indices.

Sabre voit les réservations aériennes en mai en baisse de 62% par rapport à 2019

Sabre Corp. a révélé jeudi que les réservations d'avions en mai étaient en baisse de 62% par rapport au même mois en 2019, alors que les tendances mondiales des voyages continuent d'être affectées négativement par la pandémie de COVID-19. Le fournisseur de services de voyage et de tourisme a déclaré que les passagers embarqués étaient en baisse de 44%. Pendant ce temps, les réservations d'hôtels ont connu la "plus forte amélioration", avec des transactions brutes du système de réservation centralisée des hôtels en baisse de 35%. L'action a augmenté de 0,1% dans les échanges avant commercialisation, pour contrer la vente sur le marché boursier au sens large, en tant que contrats à terme pour le S&P

Remboursement de maman - Elle a acheté la propriété du voisin

Après tant de drames et de nombreuses visites de police, elle a pris le dessus. Qui aurait pensé qu'un petit morceau de papier avait un tel pouvoir ?

Sabre s'associe à BYHOURS pour exploiter la nouvelle tendance de l'industrie hôtelière

Sabre Corporation (SABR) a remarqué la demande croissante de microséjours hôteliers et s'apprête à saisir cette opportunité. Sabre fournit une technologie de voyage utilisée par les compagnies aériennes, les agences de voyages et les hôtels pour exécuter des opérations telles que la réservation et l'enregistrement. À cette fin, il s'est associé à la société espagnole BYHOURS pour offrir à sa communauté la possibilité de réserver des chambres d'hôtel à l'heure. Lancée en 2012, BYHOURS exploite une plateforme de microséjours hôteliers. Les hôtels utilisent sa plateforme pour proposer des forfaits horaires aux personnes à la recherche de courts séjours. L'idée est que les forfaits horaires offrent aux gens une flexibilité dans les réservations d'hôtel et peuvent leur faire économiser de l'argent. Le partenariat ouvre la plate-forme BYHOURS aux agents de voyages qui utilisent le système Sabre afin qu'ils puissent vendre des chambres d'hôtel à l'heure. La demande de microséjours a augmenté depuis le début de la pandémie de COVID-19. Saber dit que l'accord BYHOURS permettra à sa communauté d'agences d'accéder aux visites d'hôtels demandées par leurs clients. (Voir l'analyse des stocks de Sabre sur TipRanks) « Nous sommes ravis de fournir aux agences de voyages connectées à Sabre la possibilité de personnaliser davantage l'expérience client avec le contenu unique de microséjour de BYHOURS », a déclaré Traci Mercer, responsable du segment de produits chez Sabre Travel Solutions. Alors que les entreprises adoptent le travail à distance, les gens recherchent des espaces flexibles pour travailler ou organiser des réunions importantes. Sabre compte sur l'arrangement BYHOURS pour répondre à cette demande et générer plus de valeur pour sa communauté. Sur la base des résultats du premier trimestre de Sabre, dans lesquels les revenus étaient inférieurs aux attentes, l'analyste d'Oppenheimer Jed Kelly a attribué à l'action Sabre une note de maintien sans objectif de prix. « COVID-19 affecte gravement la demande de voyages et crée des défis structurels dans la prévision des bénéfices. Par conséquent, nous attendons que l'industrie se stabilise et que la visibilité des bénéfices s'améliore avant de recommander des actions », a noté Kelly. Le consensus parmi les analystes de Wall Street est un Hold basé sur 3 notes Hold. L'objectif de prix moyen des analystes de 14,50 $ implique un potentiel de hausse de 7,41 % par rapport au prix actuel. SABR obtient une note de 7 sur 10 sur le système de notation Smart Score de TipRanks, indiquant que les rendements de l'action sont susceptibles de s'aligner sur les performances du marché. Nouvelles connexes:Amazon présente une offre d'acquisition de 8,45 milliards de dollars pour les investissements stratégiques de MGMSony qui coûtera 18 milliards de dollars en 3 ansPayPal investit 50 millions de dollars dans des entrepreneurs négligés Articles plus récents de Smarter Analyst: NetEase Spinning Off Music Streaming Unit pour Hong Kong IPO Mondelez va acquérir Chipita pour 2 milliards de dollars , étend le portefeuille de produits de boulangerie Workday bat les attentes des analystes concernant les actions du premier trimestre à la baisse Allscripts pour racheter 350 millions de dollars d'actions en actions bond de 5%

Sabre s'associe à BYHOURS pour distribuer des microséjours hôteliers et accompagner la reprise de l'hospitalité

Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), le principal fournisseur de logiciels et de technologies qui alimente l'industrie mondiale du voyage, et BYHOURS, la principale plate-forme internationale de micro-séjours hôteliers, ont signé un nouvel accord pour fournir à la communauté des agences Sabre un contenu pertinent qui permettra pour vendre des chambres à l'heure via l'application BYHOURS' Sabre Red.

Radixx se lance dans l'industrie ferroviaire en partenariat avec Brightline, la seule société ferroviaire à grande vitesse des États-Unis, pour soutenir le réseau de la Floride

Radixx, une société Sabre et un fournisseur leader de logiciels de vente au détail pour les compagnies aériennes, a annoncé aujourd'hui que la société avait conclu un partenariat avec Brightline, le seul système privé de transport ferroviaire de passagers à grande vitesse aux États-Unis. L'entrée sur le marché du rail survient à un moment où il existe d'importantes opportunités dans les options de voyage intérieur, car les Américains recherchent des alternatives à l'avion et à la conduite, et recherchent des options de voyage plus durables.

American Airlines déclare qu'un problème technique sur les opérations de Sabre a frappé

American Airlines a déclaré vendredi que la société de technologie de voyage Sabre Corp avait un problème technique qui avait affecté plusieurs transporteurs, dont le sien. American Airlines a déclaré que le problème technique avait été résolu. Virgin Australia, qui utilise également la technologie Sabre pour les réservations aériennes, a déclaré dans un tweet plus tôt vendredi que ses vols étaient affectés par une panne du système mondial, qui affectait ses systèmes d'enregistrement et d'embarquement.

L'argent intelligent avait-il raison à propos de Sabre Corporation (SABR) ?

Nous savons que les hedge funds génèrent des rendements solides et ajustés au risque sur le long terme. Par conséquent, imiter les choix sur lesquels ils sont collectivement haussiers peut être une stratégie rentable pour les investisseurs particuliers. Avec des milliards de dollars d'actifs, les investisseurs intelligents doivent mener des analyses complexes, dépenser de nombreuses ressources et utiliser des outils qui ne sont pas toujours […]

Sabre (SABR) chute de 14% sur une perte plus importante que prévu au premier trimestre

Les résultats de Sabre (SABR) au premier trimestre ont été pénalisés par des réductions importantes des réservations d'avions, d'hôtels et d'autres voyages en raison de l'impact négatif de la pandémie sur l'industrie mondiale du voyage.

Sabre Corp (SABR) Transcription de l'appel sur les résultats du premier trimestre 2021

Appel de résultats SABR pour la période se terminant le 31 mars 2021.

Pourquoi Sabre Stock a été écrasé aujourd'hui

Le fournisseur de technologie de voyage publie des résultats du premier trimestre qui ont été touchés par la pandémie de COVID-19 en cours.

Sabre (SABR) rapporte une perte au premier trimestre et rate ses estimations de revenus

Sabre (SABR) a généré des bénéfices et des recettes surprises de -41,18% et -24,02 %, respectivement, pour le trimestre clos en mars 2021. Les chiffres contiennent-ils des indices sur ce qui attend le titre ?

Documents sur les résultats du premier trimestre 2021 de Sabre disponibles sur son site Web de relations avec les investisseurs

Sabre Corporation (« Sabre ») (NASDAQ : SABR) a annoncé aujourd'hui ses résultats financiers pour le trimestre clos le 31 mars 2021. Sabre a publié sa publication des résultats du premier trimestre 2021, sa présentation des résultats et préparé des remarques sur sa page Web Relations avec les investisseurs à l'adresse investisseurs.sabre.com/ résultats.cfm. La publication des résultats est également disponible sur le site Web de la Securities and Exchange Commission à l'adresse www.sec.gov.

Delta Air Lines et Sabre signent un accord transformateur pour stimuler la création de valeur

Aujourd'hui, Delta Air Lines et Sabre ont annoncé un accord de distribution mondial transformateur qui fera évoluer leur partenariat de longue date et stimulera le changement dans l'industrie du voyage grâce à l'innovation commerciale et technologique. Le nouvel accord de distribution pluriannuel basé sur la valeur représente un modèle unique dans l'industrie qui crée de la valeur pour l'ensemble de l'écosystème du voyage, y compris les agences de voyages et les voyageurs.

Sabre déclare un dividende sur les actions privilégiées convertibles obligatoires

Sabre Corporation (NASDAQ : SABR) a annoncé aujourd'hui que son conseil d'administration a déclaré un dividende de 1,625 $ par action sur ses actions privilégiées convertibles obligatoires de série A à 6,50 %. Le dividende est payable le 1er juin 2021 aux détenteurs inscrits des actions privilégiées convertibles obligatoires à la fermeture des bureaux le 15 mai 2021.

Radixx annonce un incident de sécurité affectant Radixx Res™

Radixx, une filiale de Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), qui dessert le segment des compagnies aériennes à bas prix, a annoncé aujourd'hui que Radixx Res™ a connu un événement ayant un impact sur son système de réservation Radixx. La compagnie est en train de rétablir le service aux quelque 20 clients de la compagnie aérienne Radixx touchés par cet événement.

Rayont Inc nomme Mme Leilani Latimer en tant qu'administrateur non exécutif afin d'améliorer davantage sa gouvernance d'entreprise.

Leilani Latimer – Directrice non exécutive Leilani Latimer Queensland, Australie, 22 avril 2021 (GLOBE NEWSWIRE) -- Rayont Inc. (« Rayont » ou la « Société ») (OTC PINK : RAYT), une société internationale de soins de santé spécialisée dans le fabrication de produits et services de médecine alternative sur l'ensemble de la chaîne de valeur, annonce aujourd'hui la nomination de Mme Leilani Latimer au poste de directrice non exécutive de Rayont Inc. « Nous sommes ravis de la nomination de Mme Latimer. En tant que nouvelle directrice du conseil d'administration, elle apporte une longue expérience dans la croissance et la mise à l'échelle d'entreprises dans la Silicon Valley et dans le monde. Ses compétences et son expérience aideront l'expansion commerciale de Rayont à devenir une entreprise de soins de santé de classe mondiale. a déclaré M. Reyad Fezzani, président du conseil d'administration de Rayont Inc. Leilani Latimer - Administrateur non exécutif public, pré-IPO et start-up. Mme Latimer est actuellement administratrice indépendante chez Black Diamond Group (TSE : BDI) et conseillère en croissance chez WellKom International. Son expérience au sein du conseil d'administration comprend la participation à des comités de direction, de nomination et de gouvernance, et elle a occupé de nombreux postes de conseil auprès de start-ups basées dans la Silicon Valley et mondiales, ainsi que la présidence d'une organisation nationale à but non lucratif. Mme Latimer est directrice commerciale et marketing chez Fair Trade USA, une organisation mondiale de certification qui favorise la transparence et la résilience de la chaîne d'approvisionnement, tout en favorisant le développement durable et la réduction de la pauvreté grâce au "capitalisme conscient". Elle dirige les efforts de transformation commerciale de l'organisation et toutes les fonctions marketing et commerciales. Auparavant, Mme Latimer était directrice du marketing et des opérations commerciales chez Earlens, une société privée de technologie médicale. Avant Earlens, elle a dirigé le marketing mondial, les partenariats et les opérations commerciales pour Zephyr Health, une société de données et d'analyse basée sur le cloud (SaaS) au service de l'industrie des sciences de la vie. L'expérience technologique approfondie de Mme Latimer dans le SaaS B2B et la technologie de marché comprend 25 ans avec Sabre Inc. (NASDAQ:SABR), le plus grand fournisseur de technologies et de services au monde pour l'industrie du voyage. Mme Latimer est titulaire d'un BA de l'UC San Diego, d'un certificat en gestion pour cadres internationaux de l'UC Riverside et d'un certificat en gestion durable de la Presidio Graduate School. Elle réside à San Francisco, est une écrivaine et conférencière régulière, participe en tant que membre actif de la communauté italienne de la Silicon Valley et détient à la fois la nationalité américaine et italienne. À propos de Rayont Inc. Rayont, Inc. (RAYT) est une société cotée en bourse constituée au Nevada, aux États-Unis depuis sa création en 2011. En 2018, la société s'est repositionnée pour se concentrer sur les soins de santé, y compris la fabrication de produits et de services de médecine alternative dans l'ensemble du chaîne de valeur. À plus long terme, elle a également investi dans une technologie révolutionnaire de traitement du cancer grâce à un accord de licence exclusif pour les territoires d'Afrique subsaharienne. Basée en Australie avec des opérations en expansion à l'échelle internationale, l'objectif de Rayont est de « Fabriquer des produits naturels pour améliorer la santé des personnes ». Pour ce faire, nous investissons dans la recherche et le développement précoces, en établissant des actifs de fabrication de haute qualité pour la distribution régionale et en opérant dans toute la chaîne de valeur de la médecine alternative. Notre stratégie sous-jacente consiste à croître de manière organique, à acquérir de manière sélective, à développer des actifs rentables et à améliorer l'efficacité grâce à la numérisation. Pour plus d'informations, veuillez visiter www.rayont.com SAFE HARBOUR Certaines déclarations contenues dans ce communiqué de presse peuvent contenir des informations prospectives au sens de la règle 175 du Securities Act de 1933, sont soumises à la règle 3b-6 du Securities Exchange Act. de 1934 et sont soumis aux règles de sécurité créées par ces règles. Toutes les déclarations, autres que les déclarations de fait, incluses dans ce communiqué, y compris, sans limitation, les déclarations concernant les futurs plans et objectifs potentiels de la société, sont des déclarations prospectives qui impliquent des risques et des incertitudes. Rien ne garantit que ces déclarations se révéleront exactes et que d'autres résultats et événements ultérieurs pourraient différer sensiblement de ceux anticipés dans ces déclarations. Les événements futurs et les résultats réels pourraient différer sensiblement de ceux énoncés, envisagés ou sous-jacents aux déclarations prospectives. Contact Société : Relations Investisseurs [email protected] Pièce jointe Leilani Latimer – Administrateur Non Exécutif

Sabre annonce les prochaines diffusions Web de son assemblée annuelle des actionnaires de 2021 et de la conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre 2021

Sabre Corporation (« Sabre ») (NASDAQ : SABR) a annoncé aujourd'hui son intention d'héberger une retransmission en direct de son assemblée annuelle des actionnaires 2021 le 28 avril 2021 à 10 h 30 HE. Une webdiffusion audio en direct de la session sera disponible dans la section Relations avec les investisseurs du site Web de Sabre à l'adresse investisseurs.sabre.com, et une rediffusion de l'événement sera disponible sur le site Web pendant au moins 90 jours après l'événement.

La solution d'optimisation des revenus de Sabre (SABR) choisie par JetBlue

JetBlue choisit la solution d'optimisation des revenus de Sabre (SABR) qui aidera la compagnie aérienne à mieux prévoir, analyser et optimiser ses flux de revenus.

Le cours de l'action Sabre (NASDAQ:SABR) est en hausse de 120 % et les actionnaires s'en vantent

Lorsque vous achetez des actions dans une entreprise, il y a toujours un risque que le prix tombe à zéro. Mais si vous choisissez le bon.

JetBlue met en œuvre la solution Sabre Revenue Optimizer pour obtenir une visibilité en temps réel sur l'activité du marché

Sabre Corporation (NASDAQ : SABR), le principal fournisseur de logiciels et de technologies qui alimente l'industrie mondiale du voyage, et JetBlue Airways, un important transporteur aux États-Unis, ont annoncé aujourd'hui la migration réussie de la technologie de la compagnie aérienne vers la solution d'optimisation des revenus de Sabre.

Sabre (SABR) étend son partenariat technologique avec Kanoo Travel

Sabre (SABR) soutiendra la reprise de l'industrie du voyage au Moyen-Orient grâce à sa puissante technologie via son partenariat étendu avec Kanoo Travel.

L'agence de voyages Saber dit que les réservations d'avions et les réservations d'hôtels ont augmenté séquentiellement en mars alors que les vaccins COVID s'accéléraient

La société de voyages Sabre Corp. a déclaré lundi avoir constaté une amélioration continue des mesures de volume clés à mesure que le programme de vaccination contre le COVID-19 s'accélère. La compagnie a déclaré que les réservations d'avion, les passagers embarqués et les transactions du système de réservation d'hôtel pour mars ont montré une amélioration séquentielle par rapport à janvier et février. Les mesures restent nettement inférieures à celles de 2019, l'année précédant l'arrêt de l'activité pandémique au sol. Les réservations aériennes brutes ont baissé d'environ 70 % et les réservations aériennes nettes d'environ 68 % en mars par rapport à mars 2019, a indiqué la compagnie dans un dossier réglementaire. Les passagers embarqués ont baissé d'environ 54 % sur la période. "La plus forte amélioration reste dans les réservations d'hôtels, avec des transactions brutes du système de réservation centralisée des hôtels en baisse d'environ 34% en mars 2021 par rapport à mars 2019", a déclaré le dossier. Les actions ont augmenté de 0,7% avant la commercialisation et ont gagné 27% sur l'année à ce jour, tandis que le S&P 500 a gagné 7%.


Connecter les communautés américaines

Bâtir des infrastructures essentielles et des partenariats industriels à long terme

La culture d'innovation de Sabre Industries est la force motrice de nos solutions de services publics et de télécommunications de classe mondiale. Nous sommes un fournisseur entièrement intégré de structures et de composants hautement techniques et critiques pour les secteurs des services publics et des télécommunications, avec un accent aigu sur l'efficacité, les nouvelles technologies et la durabilité. Mais c'est notre façon de faire qui nous distingue.

Notre travail alimente les communautés dans lesquelles nous vivons et fournit une infrastructure électrique et de communication cruciale. À cette fin, les processus de fabrication que nous employons dans nos installations de pointe nous permettent d'exécuter des solutions de classe mondiale pour nos clients. Nous proposons ces solutions grâce à des méthodes durables avec des produits recyclables fabriqués aux États-Unis. Cela a un impact positif sur nos clients, nos coéquipiers et les communautés que nous servons.

Innovation

Conception personnalisée, ingénierie avancée et capacités de revêtement durables inspirées par notre engagement envers l'amélioration continue.

Solutions clé en main

L'intégration de la fabrication, de l'ingénierie et des services minimise les risques liés à la chaîne d'approvisionnement.

Escalader

Aucune entreprise n'est trop importante pour nos installations de fabrication et de revêtement, qui sont les plus grandes et les plus avancées de l'industrie.

Efficacité

Processus de fabrication de tours, de poteaux et de boîtiers les plus rationalisés du secteur, en mettant l'accent sur l'amélioration continue de l'excellence de l'entreprise.

Atteindre

Une équipe d'ingénierie mondiale composée d'ingénieurs agréés dans les 50 États et dans le district de Columbia, Porto Rico et Guam.


Sabre

Le système de réservation centralisé Sabre (Semi-Automatic Business Research Environment), qui faisait à l'origine partie d'American Airlines, a été le pionnier des transactions en ligne. Pour la première fois, les ordinateurs étaient connectés entre eux via un réseau qui permettait aux gens du monde entier de saisir des données, de traiter les demandes d'informations et de mener des affaires. Ce système a révolutionné l'ensemble de l'industrie du voyage et a constitué les débuts du système complet et établi utilisé aujourd'hui pour acheter et vendre des services de voyage. De plus, il a été le précurseur de tout l'univers du commerce électronique qui a explosé au milieu des années 1990 et dont nous bénéficions tous aujourd'hui.

Aujourd'hui, Sabre reste le principal fournisseur de produits et de services de technologie de voyage dans le monde. Le système Sabre est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Plus de 57 000 agences de voyages dans le monde se connectent chaque jour à un bureau Sabre, et le système Sabre traite plus de 42 000 transactions chaque seconde.

Sabre est né d'une rencontre fortuite en 1953. Un jeune vendeur d'IBM, R. Blair Smith, était monté à bord d'un vol américain de Los Angeles à New York en route pour une session de formation. Il a eu une conversation avec l'homme assis à côté de lui, qui s'est avéré être C.R. Smith, le président d'American Airlines. À l'époque, les réservations des compagnies aériennes étaient écrites à la main sur des cartes et triées dans des boîtes – un gâchis difficile à manier à mesure que l'industrie se développait. Blair Smith savait qu'American avait un ancien modèle d'ordinateur qui ne pouvait suivre que le nombre de sièges réservés et ouverts sur un vol, mais ne pouvait rien enregistrer sur qui était dans ces sièges.

Comme Blair Smith l'a rappelé : « J'ai dit à [C.R. Smith] Je retournais étudier un ordinateur qui avait la possibilité de faire plus que simplement garder la disponibilité. Il pourrait même conserver une trace du nom du passager, de son itinéraire et, si vous le souhaitez, de son numéro de téléphone. M. C.R. Smith a été intrigué par cela. Il a sorti une carte et a écrit un numéro de téléphone spécial au dos. Il a dit : « Maintenant, Blair, … lorsque vous aurez terminé votre école, notre centre de réservation est à l'aéroport de LaGuardia. Vous allez là-bas et regardez par-dessus. Ensuite, écrivez-moi une lettre et dites-moi ce que nous devons faire.

Lors de la session de formation, Blair Smith a vu le PDG d'IBM Thomas Watson Jr. et lui a parlé de la conversation. Watson a dit à Smith de faire exactement ce que le président américain avait demandé : visiter le centre de réservation, écrire une lettre avec ses recommandations et envoyer une copie à Watson. Blair Smith a recommandé un projet de développement conjoint entre IBM et American pour créer un système de réservation informatisé, et le président d'American Airlines Smith a accepté.

Le système de réservation Sabre a été construit en 1960, avec les leçons tirées du projet d'IBM du milieu des années 1950 pour construire le gigantesque système informatique de défense aérienne SAGE (Semi-Automatic Ground Environment). Au début, Sabre n'opérait qu'à un seul endroit, Briarcliff Manor, New York, avec deux ordinateurs 7090. À la fin de 1964, ce nouveau système traitait 7 500 réservations par heure. Le temps moyen de traitement d'une réservation dans l'ancien système de carte manuelle était de 90 minutes. Saber l'a coupé en quelques secondes.

Au milieu des années 1960, Sabre est devenu le plus grand système privé de traitement de données en temps réel, juste derrière le système du gouvernement américain. Le magazine Fortune s'est émerveillé dans un article de 1964 de ce que Saber pouvait faire. "Pour le passager potentiel à Los Angeles qui téléphone ou passe au guichet d'American Airlines pour une réservation, très peu de choses semblent avoir changé", a écrit Fortune. « Pourtant, dans les deux secondes et demie entre le dernier mot de sa demande d'espace et le premier mot de la réponse de l'agent, il a bénéficié d'une installation informatique de [US] 30 millions de dollars qui non seulement l'a réservé sur le bon vol jusqu'à un an à l'avance mais, une fois qu'il aura son nom, il gardera une trace de chacun de ses mouvements tout au long de la ligne, y compris la commande de ses repas, ses voitures de location ou ses réservations de correspondance, jusqu'à ce qu'il arrive où il veut aller.

Sabre est devenu un énorme avantage concurrentiel pour American, obligeant toutes les autres compagnies aériennes à créer leur propre système de réservation. La plupart d'entre eux se sont tournés vers IBM.

En 1976, American a étendu Sabre aux agents de voyages afin que les agents puissent réserver directement. Le système était maintenant si avancé qu'il pouvait stocker un million de billets d'avion. En 1985, American a créé easySabre pour donner aux consommateurs un accès en ligne sur Internet et via des services comme CompuServe. Un an plus tard, Sabre a de nouveau innové en lançant le premier système de gestion des revenus du secteur, aidant les compagnies aériennes à maximiser le tarif aérien auquel chaque siège est vendu. Les pratiques de gestion des revenus créées par Sabre continuent d'être utilisées aujourd'hui. Et une décennie plus tard, en 1996, Sabre a lancé le site Web Travelocity. En 2000, Sabre se sépare d'American Airlines pour former sa propre société, la Sabre Holdings Corporation.

À chaque étape du processus, Sabre a donné aux gens leurs premières expériences avec la façon dont les ordinateurs pouvaient instantanément gérer les transactions et suivre les stocks, les prix et les clients, la base de tout un univers de commerce électronique qui a explosé au milieu des années 90.


Variantes

Le F-100A Super Sabre est entré en service le 17 septembre 1954 et a continué à être en proie aux problèmes qui ont surgi pendant le développement. Après avoir subi six accidents majeurs au cours de ses deux premiers mois d'exploitation, le type a été immobilisé jusqu'en février 1955. Les problèmes avec le F-100A ont persisté et l'USAF a progressivement supprimé la variante en 1958.

En réponse au désir de TAC d'avoir une version chasseur-bombardier du Super Sabre, North American a développé le F-100C qui incorporait un moteur J57-P-21 amélioré, une capacité de ravitaillement en vol, ainsi qu'une variété de points d'ancrage sur les ailes. . Bien que les premiers modèles aient souffert de nombreux problèmes de performances du F-100A, ceux-ci ont ensuite été réduits grâce à l'ajout d'amortisseurs de lacet et de tangage.

Continuant à faire évoluer le type, North American a présenté le F-100D définitif en 1956. Un avion d'attaque au sol avec une capacité de combat, le F-100D a vu l'inclusion d'une avionique améliorée, d'un pilote automatique et de la possibilité d'utiliser la majorité des avions de l'USAF. armes non nucléaires. Pour améliorer encore les caractéristiques de vol de l'avion, les ailes ont été allongées de 26 pouces et la zone de la queue agrandie.

Bien qu'il s'agisse d'une amélioration par rapport aux variantes précédentes, le F-100D souffrait d'une variété de problèmes insignifiants qui étaient souvent résolus avec des correctifs de post-production non standardisés. En conséquence, des programmes tels que les modifications High Wire de 1965 ont été nécessaires pour normaliser les capacités de la flotte de F-100D.

Parallèlement au développement de variantes de combat du F-100, il y a eu la transformation de six Super Sabres en avions de reconnaissance photo RF-100. Surnommés "Project Slick Chick", ces avions ont vu leurs armements retirés et remplacés par du matériel photographique. Déployés en Europe, ils ont effectué des survols des pays du bloc de l'Est entre 1955 et 1956. Le RF-100A a rapidement été remplacé dans ce rôle par le nouveau Lockheed U-2 qui pouvait mener en toute sécurité des missions de reconnaissance à pénétration profonde. De plus, une variante F-100F à deux places a été développée pour servir d'entraîneur.


La principale faiblesse du Sabre est sa portée médiocre et qu'il faut 4 coups pour le mettre KO. Garder vos distances avec une arme plus longue est un bon choix. Les armes qui peuvent tuer en trois coups ou moins sont efficaces car elles n'ont pas besoin de s'approcher de l'ennemi aussi souvent.

Il est également faible vers la gauche car il ne pivote pas dans cette direction et a une couverture aérienne minimale, ce qui le rend facile à esquiver.


Histoire de la danse du sabre

Lorsque vous contrôlez en amont un avion qui vient de sortir de l'usine, vous vous attendez à ce qu'il soit parfait. But every pilot knows that perfection is elusive in aviation, and simple mistakes can snowball into disastrous mishaps within seconds. First Lieutenant Barty R. Brooks found that out the hard way on January 10, 1956.

That afternoon Brooks and two other U.S. Air Force pilots reported to North American Aviation Corporation’s Palmdale, Calif., factory and signed acceptance papers for three shiny new F-100C Super Sabres. The three men, members of the 1708th Ferrying Wing, Detachment 12, based at Kelly Air Force Base in Texas, would be flying the “Huns” to their new duty station at George Air Force Base, barely a 10-minute hop to the southeast, at Victorville. For the ferry pilots, who routinely trained to deliver new planes across oceans, the day’s assignment must have seemed like a walk in the park.

Brooks walked around the jet, checking for the usual signs of trouble: leaking fluids, unlatched fasteners, underinflated tires and the like. Since he was new to the F-100, like most pilots in 1956, he may not have known that when ground crews towed the plane they disconnected the torque link from the nose gear scissors by removing the pivot pin, which had to be reinserted and secured before flight. Brooks didn’t notice the pin wasn’t secure. Completing his inspection, he mounted up with the others.

Brooks walked around the jet, checking for the usual signs of trouble: leaking fluids, unlatched fasteners, underinflated tires and the like. Since he was new to the F-100, like most pilots in 1956, he may not have known that when ground crews towed the plane they disconnected the torque link from the nose gear scissors by removing the pivot pin, which had to be reinserted and secured before flight. Brooks didn’t notice the pin wasn’t secure. Completing his inspection, he mounted up with the others.
All three pilots started their engines, and the leader, Captain Rusty Wilson, checked the flight in on the radio. The third pilot in the group was Lieutenant Crawford Shockley. They took off at 1512 hours, undoubtedly expecting to make happy hour at the George officer’s club.

The Making of a Jet Pilot

Brooks was born into a farming family in Martha, Okla., in 1929. His family later moved to Lewisville, Texas, northwest of Dallas. Bart studied at Texas A&M, where he joined the Cadet Corps. At 6-feet-3, Brooks towered over most lowerclassmen, to whom he became known as “Black Bart.”

By the time Brooks graduated in 1952 with an agriculture degree, flying had captured his fancy. After collecting his ROTC commission, he headed to Columbus, Miss., for basic flight training. John Wilson, Bart’s friend and classmate at Columbus, reflected that because of his training at Texas A&M, Bart was a model officer: “He wore the uniform well. He was well liked and represented the Air Force as well as any officer. He was just a super person.”

Brooks went on to Laredo, Texas, for jet training, then reported to the 311th Fighter-Bomber Wing in Korea, where he flew Republic F-84s and North American F-86s. Although he arrived in Korea too late to see combat, Brooks gained a profound sympathy for the Korean people in the aftermath of the fighting. He joined an organization that cared for Korean orphans, supporting a girl and three boys.

After Korea, Brooks was assigned to the 1708th as a ferry pilot. The idea was to get the planes from factories to bases without interrupting the training routines of operational units, just as the WASPs had during World War II. Former ferry pilot Joe Hillner recalled that Bart Brooks was one of about 100 pilots in the outfit. “We were required to maintain currency in at least two jet fighters,” he said, “and as many [propeller] planes (such as the F-51, L-20, T-6, B-25, B-26, etc.) as we wanted.”

Brooks went to Nellis Air Force Base in Nevada for his F-100 checkout. The ferry pilots were given a short course because they had been previously qualified as mission-ready in older fighters. So when Brooks took off from Palmdale that fateful day in January 1956, he had only logged a bit more than 40 hours in the Super Sabre.

Brooks had already had one brief brush with fame. While he was still in gunnery school at Luke Air Force Base in Arizona, he was one of three trainees featured in an article in Le magazine du New York Times’s May 2, 1954, issue, “The Making of a Jet Pilot.” Describing Brooks as “very tall and blond,” author C.B. Palmer added: “His height and spareness give an impression of awkwardness. His physical movements are slow but they cover the ground. He is rough-cut in appearance, very open and simple in his responses to questions.” Following the trainees through a day of briefings, gunnery practice, academics and time off, Palmer described them all as “acceptable men and the only concern here is to make them the best possible.”

Emergency Diversion to Edwards

The flight of three Super Sabres roared over George Air Force Base late that afternoon, sequentially breaking to the downwind leg. Then all three slowed and lowered their gear—and that’s when the trouble started.

One of Brooks’ flight mates noticed that his F-100’s nose wheel scissors was disconnected. The unsecured pivot pin had worked loose and fallen out, causing the scissors assembly to fall open and allowing the nose wheel to swivel at random. Fearing his aircraft might swerve off the runway on touchdown, Brooks powered up and went around. He decided to divert to nearby Edwards Air Force Base, home to the USAF Flight Test Center.

Fighter pilots never allow one of their own to fly alone if he is in trouble. Wilson escorted Brooks to Edwards, whose 15,000-foot runway provided a wide safety margin and whose fire and rescue crews were accustomed to emergencies. Brooks’ decision to go to Edwards set the stage for arguably the most famous film footage in aviation history.

Edwards was then in its heyday. Its cadre of test pilots frequently vied to best each other, routinely breaking speed and altitude records, while engineers worked to analyze the data gathered from their efforts. As the afternoon of January 10 was winding down, the base’s film crew was gearing up for yet another test, with camera operators readying their equipment. Suddenly firefighting equipment roared toward the runway, and the cameramen spotted an F-100 coming around the final turn on approach. The crews switched on their equipment and swung their viewfinders toward the incoming jet.

Behind the Power Curve

Brooks’ experience in Korean War–era jets hadn’t fully prepared him for the new generation of fighters, particularly the dicey F-100. The Hun was the result of North American Aviation’s quest to improve on its success with the F-86 Sabre, which established a 10-to-1 kill ratio in Korea. First produced in 1953, the F-100 was bigger than the F-86 and capable of supersonic flight, with a meatier engine, more wing sweep (45 degrees versus 35 degrees in the F-86) and a new device that generated powerful pulses of thrust at the touch of the pilot’s throttle hand—an afterburner.

Early models, the A and C (there was no B), had no trailing edge flaps, which meant their approach speeds were much higher than with previous jets. Hun pilots had to think faster and farther ahead. And because of its highly swept wings, the new fighter had vicious stalling characteristics. At low speeds, the tips stalled first, with the stall progressing inboard. This not only rendered the ailerons less effective but also shifted the center of lift forward of the center of gravity, resulting in a tendency to pitch up—which in turn aggravated the stall.

The Hun had other insidious tendencies. As Curtis Burns, one of Brooks’ friends, pointed out, “The F-100C had…a dangerous tendency to [develop] adverse yaw and roll-coupling at a high angle of attack.” These are complex aerodynamic and inertia forces that interact with each other. A roll at slow speed and a high angle of attack can produce unwanted pitch or yaw. The F-100 was notorious for this. Jack Doub, a veteran of the legendary Misty F-100 squadron in Vietnam, put it succinctly: “Most of us quickly learned to deal with low-and-slow issues—we avoided them!”

But Barty Brooks had not yet learned the F-100’s quirky ways. At 1627 hours Pacific time he rounded the final turn and saw that his descent rate would put him on Edwards’ runway prior to reaching the area the fire trucks had covered with foam. He raised his nose to stretch his approach toward the foam, but he was late adding more power.

His airspeed fell. His wingtips began to stall. The wings rocked. Adverse yaw coupled in, and the nose swayed left and right as Brooks applied aileron pressure to stop the rolling motion. As his airspeed dropped, the oscillations worsened and the nose pitched higher because the center of lift was moving forward. Realizing he was seriously behind the power curve—the “region of reverse command,” where more power is required to sustain flight at lower airspeeds—Brooks lit his afterburner.

The Dance

Footage from the base’s cameras clearly shows a blue plume blasting dirt from the runway and adjacent desert. The raw power of the F-100C’s afterburner blast, coupled with the pitch-up of the creeping stall, raised the Hun’s nose even higher, until it was nearly vertical.

Brooks, however, was by that time too low and slow to be able to safely eject. Unlike modern “zero-zero” ejection seats, the seats of his era had to be used at a minimum airspeed and altitude in order for an ejection to be survivable.

The film shows that Brooks twice lowered the nose to lessen his angle of attack and try to fly out of the impending stall. But each time the nose pitched up again, and each time the burner blasted a fresh spray of dirt from the ground. Moving in a slow, eerie fashion, the Hun waltzed down the runway, then over its perimeter, snout jutting skyward, swaying almost gracefully from side to side. The nearby rescue vehicles gunned their engines to get out of the jet’s path.

As Brooks struggled with the pitch oscillations, the Hun rolled right, then hesitated and rolled steeper to the right. His heading swerved 90 degrees from the runway. The bank angle steepened to close to 90 degrees, and the fighter fell into the ground on its right wingtip. An enormous explosion erupted, spewing out a ball of upward-boiling, pitch-black smoke laced with ribbons of flame. Debris rose, fell and tumbled in all directions. The fire and rescue teams arrived within mere seconds, quickly reducing the inferno to a few isolated fires. They reached Brooks in less than two minutes, but found him dead, still strapped in his seat, which had torn loose from its mounts and rolled free of the wreckage.

Stories have long circulated that Brooks survived the crash only to die of asphyxiation, having suffocated from his own vomit. Pas vrai. His helmet and oxygen mask were not on his head when rescuers found him. Both were found in the wreckage.

The investigating officer concluded that Brooks had been at fault: He had failed to adhere to the landing techniques outlined in the pilot’s flight handbook. Contributing factors were the loose pivot pin and the fact that Brooks had been distracted by “too much emphasis on trying to hit the foam.”

Brooks’ friends and others close to the accident agreed that if he had continued his rate of descent and landed short of the foam, instead of trying to stretch his approach, the outcome would have been far different. In later discussions, several pilots who talked with North American engineers indicated that Brooks’ nose wheel would likely have aligned itself on touchdown.

The film of the accident was soon circulated among Air Force and Navy units for safety training purposes. Bart’s fatal ride was quickly tagged the “Sabre dance.”

Encore Performances

There were many other accounts of similar incidents. Pilot Sam McIntyre, for example, wrote: “In 1961 at Nellis AFB I saw an F-100D do the Sabre Dance. On the take off [his] nose pitched straight up and that’s when the dance began….the right wing dropped and touched the ground, the nose dropped just enough for the pilot to gain some control. He flew it out of the stall, just a few feet above our heads and over the tails of other F-100s….” The pilot who survived that episode flew on to the gunnery range, apparently undaunted, but the incident so unnerved McIntyre’s flight that the men aborted their mission.

Curtis Burns, a classmate of Bart’s at A&M, had a hard time watching the film, but he realized that there were valuable lessons to be learned from it. “Our squadron was shown film clips of his crash and it was obvious…what mistakes he made,” Burns said. “I have seen several pilots die in fiery crashes when they made mistakes in handling the F-100.”

Ron Green was one of the pilots who learned from Brooks’ mistakes. “Prior to our first solo flight in a ‘C’ model,” he said, “we watched the film of the Sabre Dance….After watching this I said to myself, if [Brooks] had only applied full [power] and full opposite rudder, and slammed the stick forward when the nose rose and it started to roll, he would have survived.” The next day Green mounted up for his initial solo. Approaching to land, he recalled, “Everything was going good….Then at round-out I must [have]…pulled back on the stick [too much].” The Super Sabre’s nose jumped up so high that Green couldn’t see out front. He applied full power, kicked full rudder opposite the roll and pushed the stick forward. The jet rolled upright and the nose went down. He hit the runway in a three-point attitude, bounced back into the air and slowly accelerated. “It [the Brooks film] saved my life!” il a dit.

Medley Gatewood got a colossal scare when he was a new instructor, flying in the back seat of a tandem cockpit F-100F, with a student in front. While trying to land, the student raised the nose too high, and the right wing dropped. The student countered with left aileron but didn’t apply rudder. The nose yawed violently right. “At that point,” Gatewood said, “time and motion seemed suspended, and…the famous Sabre dance film flickered through my thoughts.”

Gatewood took over, applied left rudder, lowered the nose and went to military power (maximum power without afterburner). Remembering how Brooks’ use of the afterburner seemed to aggravate the nose-high attitude, he stopped short of engaging it. The Hun bounced out of a three-point landing and slowly climbed out. Gatewood was “shaking like a quaking Aspen tree” when a wingman joined up and informed him that the fairings on both his wingtips were bent upward from hitting the ground. As they came back around the pattern, the student asked to resume control before the landing, but Gatewood refused, using a few very choice words.

Incredibly, at least one pilot intentionally waltzed with the Super Sabre—in front of thousands of awed spectators. In an online forum, Bill Turner recalled a memorable airshow he saw in North Carolina in the late 1950s: “Bob Hoover did a ‘Sabre Dance’ with an F-100. I have never seen anything like it. It seemed to stop in space in front of us and twist and turn like a bird catching a bug. Great plane, greater pilot.” Few would argue with him.

As the years passed, the story of Brooks’ last ride was told countless times in bars and hangars. Inevitably it was also mentioned in a verse of the renowned fighter pilot song “Give Me Operations”:

Don’t give me a One-Double-Oh
To fight against friendly or foe
That old Sabre Dance made me
crap in my pants
Don’t give me a One-Double-Oh

The film of Brooks’ accident undoubtedly saved lives after he died. Generations of fledgling Air Force and Navy pilots—the author included—were shown the legendary film footage in ground school, watching aghast as Bart waltzed toward his death.

In a very different context, many more people would also get to see the Sabre dance: tens of thousands of moviegoers and TV watchers. The dramatic crash footage was incorporated into a handful of major films and television series (see sidebar, above).

Separating the Man From the Legend

Looking back now, it might seem insensitive to use footage of a military man’s death in such a manner. Air Force officials never told Brooks’ parents, both now deceased, about the film. In fact his niece, Kaelan Anderson, only recently learned of the film’s existence when I asked her about it. She said: “I do not want to view these movies [and] I object that they used the film to make money. I will always cherish the memories of my Uncle Bart. He was a special man, and he was loved by all his family and friends.”

Former Super Sabre pilot John Wilson agreed, saying, “I have big problems when I have seen it in the commercial movies.” Wilson, who was supposed to be piloting the plane that Brooks flew that day, explained: “I had planned to go back to New York for the Christmas holidays. When Bart heard that my leave had been canceled and that I had been assigned to fly that mission, he stepped up and said, ‘I’ve been home recently. You go on leave and I’ll take the flight for you.’ So as you can see I’m somewhat emotional about the accident….I loved the guy. He did me a big favor, and it killed him.”

Lieutenant Barty R. Brooks lies in Round Grove Cemetery in Lewisville, Texas. But his legendary Sabre dance will live on, as long as there are pilots left who remember the film of his tragic accident. Anytime they watch it, or replay those ghastly images in their memory, they’ll be silently admonishing Bart to lower his nose and push that damned rudder.


Voir la vidéo: We Are Sabre